La guerre en Ukraine est terminée

Les États-Unis suspendent leur aide pour pousser l'Ukraine à négocier avec la Russie


Par  Moon of Alabama - Le 6 décembre 2023

Hier, à 9h46 heure locale, Strana publiait (traduction automatique) :

 Volodymyr Zelensky s'adressera aux sénateurs américains par liaison vidéo aujourd'hui selon The Washington Post

Le président Volodymyr Zelensky s'adressera aujourd'hui aux sénateurs américains par liaison vidéo pour leur demander d'approuver l'aide financière à l'Ukraine....

Douze heures plus tard, à 21 h 43, heure locale, cet article paraissait :

 " Il s'est passé quelque chose ". Zelensky a annulé au dernier moment son discours devant les sénateurs américains

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annulé au dernier moment le discours qu'il devait prononcer aujourd'hui devant les parlementaires. C'est ce qu'a annoncé le chef de la majorité Démocrate au Sénat américain, Chuck Schumer.

"D'ailleurs, M. Zelensky n'a pas été en mesure de participer à notre réunion d'information à 15 heures (22 heures, heure de Kiev) - il s'est passé quelque chose à la dernière minute", a déclaré M. Schumer.

En effet, il s'est passé quelque chose à la dernière minute :

 L'aide à l'Ukraine échoue au Sénat, les Républicains insistant sur les restrictions aux frontières

L'initiative urgente du président Biden visant à reconstituer le trésor de guerre de l'Ukraine et à envoyer de l'aide à Israël est sur le point de s'effondrer au Sénat, où les Républicains sont prêts mercredi à bloquer le financement à moins que les Démocrates n'acceptent d'ajouter des mesures strictes pour limiter l'immigration à la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

Une réunion d'information confidentielle avec des représentants de l'administration, destinée à renforcer le soutien, s'est transformée en une joute partisane mardi après-midi, les Républicains accusant avec colère les Démocrates d'essayer de passer outre leurs exigences en matière de répression à la frontière.

Il aurait été facile pour les Démocrates de consacrer quelques milliards à la sécurité aux frontières. Mais Joe Biden veut mettre fin à la guerre en Ukraine. La priver d'argent est le moyen le plus simple de la pousser à négocier.

Tout cela a été planifié par le groupe de réflexion du Pentagone, RAND, qui a publié au début de l'année une étude sur la manière de mettre fin à la guerre en Ukraine :

 Avoiding a Long War - U.S. Policy and the Trajectory of the Russia-Ukraine Conflict (Éviter une longue guerre - La politique américaine et la trajectoire du conflit entre la Russie et l'Ukraine).

(Une étude réalisée en 2019 par la RAND,  Extending Russia - Competing from Advantageous Ground, recommandait d'armer ouvertement l'Ukraine pour occuper la Russie. Depuis lors, cette étude est à la base de la politique américaine à l'égard de l'Ukraine).

Mais au début de l'année 2023, la RAND a fait volte-face et a  affirmé qu'une guerre prolongée en Ukraine serait trop coûteuse à soutenir pour les États-Unis :

 Agrandir

Le plus gros problème de la Maison Blanche en Ukraine est le président Vladimir Zelenski qui a rejeté toute négociation avec la Russie.

L'étude de la RAND avait prévu une telle situation et avait trouvé des moyens de pousser l'Ukraine à négocier avec la Russie :

(Les États-Unis pourraient décider de conditionner l'aide militaire future à l'engagement de l'Ukraine à négocier. En fixant des conditions à l'aide à l'Ukraine, ils s'attaqueraient à l'une des principales sources d'optimisme de Kiev, qui pourrait prolonger la guerre : la conviction que l'aide occidentale se poursuivra indéfiniment ou qu'elle augmentera en qualité et en quantité. Dans le même temps, les États-Unis pourraient également promettre une aide plus importante pour la période d'après-guerre afin de répondre aux craintes de l'Ukraine concernant la durabilité de la paix. Washington l'a fait dans d'autres cas,...

...

Lier l'aide à la volonté de négocier de l'Ukraine a été un anathème dans les discussions politiques occidentales, et ce pour de bonnes raisons : L'Ukraine se défend contre une agression russe non provoquée. Toutefois, le calcul des États-Unis pourrait changer à mesure que les coûts et les risques de la guerre augmentent. Et l'utilisation de ce levier américain peut être calibrée. Par exemple, les États-Unis pourraient limiter l'aide, sans la réduire considérablement, si l'Ukraine ne négocie pas. Là encore, la décision de suspendre l'aide en temps de guerre dans l'attente de négociations peut être assortie de promesses d'augmentation de l'aide après la guerre sur le long terme.

C'était un bon plan. Mais la manière dont le levier de l'aide peut être calibré dépend bien sûr du Congrès, et non de l'avis du président.

Il y a également des inconvénients à refuser ou à donner des promesses d'aide :

Clarifier l'avenir de l'aide américaine à l'Ukraine pourrait créer des incitations perverses en fonction de la manière dont la politique est mise en œuvre. S'engager à augmenter l'aide à l'Ukraine en temps de guerre pour réduire l'optimisme russe pourrait encourager les Ukrainiens à faire obstacle aux négociations, à rejeter la responsabilité de l'échec sur Moscou et à obtenir davantage de soutien de la part de l'Occident. L'annonce d'une diminution ou d'une stabilisation de l'aide à l'Ukraine pour réduire l'optimisme de Kiev à l'égard de la guerre pourrait amener la Russie à considérer cette mesure comme un signe de la baisse du soutien des États-Unis à l'Ukraine. Si elle adopte ce point de vue, la Russie pourrait continuer à se battre dans l'espoir que les États-Unis abandonnent complètement l'Ukraine. Tout en reconnaissant que l'Ukraine mène une guerre défensive pour sa survie et la Russie une guerre agressive pour son agrandissement, les États-Unis devraient néanmoins suivre attentivement et sans passion les événements et cibler leurs efforts pour créer l'effet escompté sur l'optimisme de l'une ou l'autre des parties qui serait le principal obstacle à l'ouverture de négociations.

Cela aurait probablement été une bonne façon de procéder si Joe Biden avait eu le contrôle sur la distribution ou le refus de fonds à Kiev. Mais les Républicains et les Démocrates, probablement en accord avec la Maison Blanche, ont jusqu'à présent bloqué toute aide supplémentaire.

La voie actuelle semble donc être une voie différente des négociations avec la Russie - un changement de régime à Kiev.

Le président Zelenski n'est pas disposé à entamer des pourparlers de paix. S'il peut être chassé du pouvoir au cours des prochains mois, son remplaçant probable, le général Zaluzhny, sera probablement plus enclin à chercher à mettre fin à la guerre.

La tactique actuelle consiste donc à faire pression sur Zelenski pour qu'il parte en retenant tous les fonds futurs. Si un autre dirigeant ukrainien entre en fonction, l'aide pourrait à nouveau affluer pour empêcher une prise de contrôle totale du pays par la Russie.

Toutefois, le calibrage de l'aide serait un problème. Il se peut donc que l'option préférée soit d'abandonner et de partir, comme l'a fait Biden en Afghanistan.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier

Les États-Unis suspendent leur aide pour pousser l'Ukraine à négocier avec la Russie

Le Sénat américain rejette l'aide à l'Ukraine. Zelensky vacille...

Le Sénat américain rejette l'aide à l'Ukraine. Zelensky vacille...

Source : piccolenote.it

Délégations pro-ukrainiennes aux Etats-Unis et effacement de Zelensky. En Ukraine, la fronde contre l'ancien comédien s'amplifie.

Le Sénat a rejeté la tranche d'aide de 111 milliards de dollars destinée à l'Ukraine et à Israël, les républicains et le démocrate Bernie Sanders ayant voté contre, car ils sont opposés à un soutien inconditionnel à Israël: "Le moyen le plus efficace de changer la politique militaire israélienne est de faire comprendre à Netanyahu que nous ne lui donnerons pas d'argent sans entraves", a déclaré le sénateur du Vermont.

Les États-Unis suspendent leur aide pour pousser l'Ukraine à négocier avec la Russie

Le temps presse pour Zelensky en Ukraine, alors que la Russie continue d'avancer

par Larry Johnson

Les nouvelles en provenance d'Ukraine aujourd'hui sont désastreuses pour Volodomyr Zelenksy. Le général Zaloujny l'aurait menacé à la manière de Clint Eastwood : «Vas-y, allez ! Fais-moi plaisir !». Selon un canal Telegram ukrainien :

«Zelensky a exigé que le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Zaloujny, démissionne de son plein gré ou en raison de problèmes de santé, etc.

Les États-Unis suspendent leur aide pour pousser l'Ukraine à négocier avec la Russie

Les États-Unis n'arrivent pas à s'entendre sur l'aide à Kiev

par Alexandre Lemoine

Volodymyr Zelensky a annulé son discours au Sénat des États-Unis littéralement une minute avant la connexion vidéo prévue. Les sénateurs ont interprété cela comme une protestation du président ukrainien, mécontent des retards dans la décision sur une nouvelle tranche pour Kiev.

La presse américaine écrit que la division entre les démocrates et les républicains joue en faveur de Moscou.

Les États-Unis suspendent leur aide pour pousser l'Ukraine à négocier avec la Russie

La guerre en Ukraine est en pleine mutation

Par M.K. Bhadrakumar - Le 5 décembre 2023 - Source Indian Punchline

La vidéoconférence que le président ukrainien Vladimir Zelensky tiendra mardi avec les sénateurs américains [annulée au dernier moment, NdT] devrait marquer un tournant dans la guerre en Ukraine, et ce pour trois raisons. Premièrement, l'administration Biden n'a pas complètement écarté Zelenski et, plus important encore, ne mise pas sur un favori dans le jeu des trônes en cours à Kiev.