22/12/2023 reseauinternational.net  14 min #239643

La guerre en Ukraine est terminée

L'Otan est un gâchis et les Russes sont en train de gagner

Pour que vous passiez un joyeux noël avant d'être totalement pris - du moins je l'espère pour vous - dans les plaisirs des fêtes familiales, cadeaux, champagne, ripailles, et douceurs des affections, voici un bilan de l'état réel de l'OTAN qui contribuera à votre joie et décuplera votre ardeur à vous engager en faveur de la paix et d'une autre distribution du budget de la nation, dans le cadre des futures élections européennes... La réalité est que les fins stratèges de l'UE, de l'OTAN, des USA se sont engagés dans une campagne de Russie destinée à amener les missiles de l'OTAN au pied du Kremlin, et cela a provoqué chez les Russes une vague de patriotisme, un appel type «allons enfants de la patrie...» digne de Valmy, une réconciliation avec les frères chinois, un réveil des pays du sud... Alors que la campagne a été lancée du côté de l'OTAN sans troupes de réserve et avec une incapacité à alimenter les stocks... L'Europe n'a pas de Napoléon à sa tête, même pas de Wehrmacht et les SS ne sont pas encore totalement prêts même si tous les efforts sont tentés en ce sens. Le fait est que les Russes n'aiment pas la guerre mais savent la faire alors que nos dirigeants aiment la guerre, ses profits, mais ne savent pas la faire parce que leurs peuples n'en veulent pas quand ils subodorent qu'ils y ont tout à perdre.

Danielle Bleitrach

*

par Stephen Bryen

La guerre en Ukraine tourne en faveur de Moscou alors que l'équipement et la main-d'œuvre occidentaux se font dangereusement rares.

Les Britanniques sont sur le point de signer un  pacte de sécurité navale avec l'Ukraine, doublant leur soutien au pays dirigé par Volodymyr Zelensky.

Pendant ce temps,  l'Allemagne augmente ses engagements en matière d'armes envers l'Ukraine, même si son stock d'armes est pratiquement vide. Le Royaume-Uni et l'Allemagne vident leurs portefeuilles et leurs arsenaux tandis que les États-Unis tentent de faire la même chose.

Dans le même temps, le Washington Times, dans  un article de Bill Gertz, rapporte que le représentant Mike Gallagher (R-Wi), qui est le président de la  commission spéciale de la Chambre sur le Parti communiste chinois, a proposé de nouvelles idées pour aider Taïwan à utiliser des armes autrement obsolètes dans l'arsenal américain, principalement parce qu'il est presque impossible d'obtenir de nouvelles armes à l'heure actuelle.

Gallagher a déclaré : «De récents jeux de guerre simulant un conflit avec la Chine à propos de Taïwan ont révélé que les États-Unis seraient à court de bombes et de missiles à guidage de précision à longue portée moins d'une semaine après le début du conflit».

Bill Gertz rapporte que le Pentagone a un arriéré de plus de 2 milliards de dollars d'armes achetées par Taipei, retardé par les retards de l'industrie de la défense.

Taïwan attend actuellement 400 missiles Harpoon et 100 lanceurs Harpoon que le Pentagone a annoncés lors d'une vente il y a plus de trois ans et qui pourraient ne pas atteindre l'île avant 2029.

En pénurie : une vue d'un missile sol-sol Harpoon RGM-84 immédiatement
après avoir quitté un lanceur de cartouches. Image : Asia Times Files / Twitter

Le point clé est qu'il faudra encore cinq ans (huit ans au total) pour livrer des missiles Harpoon à Taïwan. C'est encore pire pour d'autres stocks de guerre tels que les munitions de 155 mm et de 120 mm.

La faiblesse et les problèmes de la base industrielle de défense américaine sont insignifiants par rapport aux pénuries de main-d'œuvre qui affectent la plupart des membres de l'OTAN ainsi que les États-Unis.

La petite armée allemande manque de nouvelles recrues. Comme les États-Unis, l'Allemagne dispose d'une force de volontaires, mais les choses se détériorent tellement que le gouvernement allemand envisage  une sorte de système de conscription.

Alors que le gouvernement allemand  actuel perd déjà rapidement des soutiens politiques, essayer de faire voter le Bundestag, le parlement allemand, en faveur d'un système de conscription, serait un suicide politique.  Boris Pistorius, le ministre allemand de la Défense, comprend le problème mais n'a pas de solution susceptible d'obtenir le soutien populaire.

La politique en Allemagne glisse vers la droite, l'AfD, le parti de droite allemand,  s'assurant un soutien croissant des électeurs. L'AfD n'a pas encore pris position sur la conscription, mais c'est un parti nationaliste qui souhaite la levée des sanctions contre la Russie et ne soutient aucune initiative de défense à l'échelle européenne.

Le nombre total de membres des forces armées en Allemagne  était tombé à 181 383 à la fin du mois d'octobre, avec des milliers de postes vacants non pourvus.

Selon le tabloïd allemand Bild, l'armée allemande n'a ni la force ni l'équipement nécessaires pour défendre efficacement la nation. Pourtant, au moment même où Bild pointait du doigt la crise militaire, l'Allemagne annonçait l'envoi d'une brigade de 5000 hommes en Lituanie.

Elle sera stationnée à moins de 20 kilomètres de la frontière avec la Biélorussie. La relocalisation de la brigade commencera au deuxième trimestre de 2024 et devrait atteindre sa pleine disponibilité au combat d'ici 2027, selon le ministère allemand de la Défense.

Mais, a déclaré le ministre allemand de la Défense Pistorius, «nous n'avons pas une armée capable de défendre le pays contre une offensive militaire, une guerre d'agression brutale». La contradiction est évidente.

Le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, a besoin de plus de soldats.

L'armée britannique est également un gros problème. Defense and Security Monitor  rapporte que «Longtemps considérées comme une armée de classe mondiale, les forces armées britanniques sont maintenant  coincées dans une ornière de recrutement, avec des réductions de personnel prévues qui doivent encore être mises en œuvre  dans le cadre du Defense Command Paper dévoilé en 2021. Il y a des problèmes importants et persistants liés au délabrement des logements militaires, à l'épuisement des munitions et à la mauvaise exécution des programmes d'approvisionnement».

Sky News, comme l'a rapporté  le Defense Post, a souligné l'ampleur du problème auquel sont confrontées les forces armées britanniques. Il a déclaré que l'armée serait à court de munitions au bout de quelques jours en cas de conflit armé. Le pays n'aurait pas non plus la capacité de défendre son espace aérien compte tenu de la puissance et des capacités croissantes des missiles et des drones d'aujourd'hui.

De plus, le remplacement complet des chars et des véhicules blindés britanniques vieillissants n'est pas prévu avant des années, ce qui affecte sa  volonté de modernisation. Des sources affirment qu'il faudrait cinq à dix ans à l'armée britannique pour être en mesure de déployer une division de combat avec plus de 30 000 soldats et soutenue par des chars de grande puissance, des systèmes d'artillerie et des hélicoptères.

Aujourd'hui, l'armée britannique est plus petite qu'elle ne l'était au moment de la Révolution américaine en avril 1775.  L'ensemble de l'armée britannique est composé de 142 560 membres. L'armée britannique compte actuellement 77 540 soldats dans tous ses rangs. Cela signifie que la force de combat elle-même est beaucoup plus petite, probablement autour de 30 000 hommes.

La Grande-Bretagne a été le plus grand soutien de l'Ukraine en Europe dans sa guerre contre la Russie, vidant son arsenal de haute technologie pour soutenir l'armée ukrainienne. La Grande-Bretagne fournit également un soutien sur le terrain à l'Ukraine et des renseignements sur le champ de bataille, tout en planifiant des opérations secrètes spéciales telles que la destruction du pont du détroit de Kertch, d'une valeur de 3 milliards de dollars, reliant la Russie à la Crimée.

On n'écrit pas grand-chose sur l'armée française. Nous savons que le matériel français n'a pas bien résisté aux Russes dans la guerre en Ukraine. Son  CAESAR (Camion Équipé d'un Système d'Artillerie) a été une grosse déception sur le champ de bataille, est sujet à des pannes et a été pris pour cible par des drones russes Lancet.

La France en a envoyé 18 en Ukraine, soit 25% de l'ensemble de la flotte de ces systèmes de canons mobiles de 155 mm. Selon les  rapports, en produire de nouveaux prend des années.

L'obusier CAESAR en Irak. Image : Capture d'écran Twitter

De même, le  véhicule de combat d'infanterie RC AMX-10C de la France s'est avéré être un piège mortel pour les opérateurs ukrainiens qui considèrent son «blindage mince» comme inadéquat pour une utilisation en première ligne. Présenté comme un «chasseur de chars», c'est souvent lui qui est détruit. En ce qui concerne les chars, après la mauvaise expérience avec l'AMX et les chars allemands Leopard, la France  a décidé de ne pas envoyer ses chars Leclerc Main Battle en Ukraine.

En toute justice, le véhicule de combat  d'infanterie américain Bradley et le véhicule de combat à chenilles allemand Marder, sans parler du char Leopard,  ont tous été détruits en Ukraine. Une étude américaine de la  Rand Corporation, un important sous-traitant du Pentagone, affirme que l'armée française est un  allié fragile contre la Russie.

L'armée américaine est également confrontée à une crise de recrutement. Non seulement il y a des problèmes pour remplir les rangs, mais l'Armée a de la difficulté à former des sous-officiers compétents. Les sous-officiers sont le  cœur et l'âme de l'armée américaine, ils sont ce qui fait fonctionner l'armée.

Moins de la moitié des vacations sont remplies.  Military.com dit : «Le cours de recrutement de l'armée de huit semaines à  Fort Knox, dans le Kentucky, peut former un maximum de 2866 étudiants répartis dans un total de 53 classes. Cependant, les données montrent qu'il n'a obtenu que 1336 diplômes au cours de l'exercice 2023, qui s'est terminé à la fin du mois de septembre».

L'armée elle-même est confrontée à des problèmes de recrutement de soldats, cette année et l'année dernière. Il manquait 10 000 soldats à l'armée pour atteindre son objectif de 65 000 nouveaux soldats au cours du dernier exercice. L'année dernière, il a manqué de 15 000 l'objectif de 60 000 soldats.

 L'armée essaie de résoudre le problème, mais une grande partie de celui-ci est basée sur l'étrange approche WOKE de la direction de l'armée et sur une myriade de problèmes compliqués, en particulier depuis l'épidémie de Covid lorsque le Pentagone a ordonné aux troupes de se faire vacciner ou de se faire virer de l'armée. Maintenant, il y a beaucoup de poursuites judiciaires sur la politique ratée du Pentagone.

Au-delà des déficits de main-d'œuvre et de fournitures, les armées de l'OTAN manquent d'expérience au combat, bien que de nombreux «conseillers» soient en Ukraine pour soutenir l'armée ukrainienne. Les conseillers ne reproduisent jamais ce que vivent les troupes de première ligne, de sorte que la courbe d'apprentissage peut être utile pour renforcer les connaissances tactiques et opérationnelles, mais pas pour la guerre elle-même.

L'Ukraine est également confrontée à une  énorme pénurie de main-d'œuvre et son recours à des efforts de recrutement draconiens est impopulaire et pourrait forcer Zelensky à démissionner. Les soldats incorporés et traînés de force sur le front ne se battent pas efficacement et ne sont au mieux que de la chair à canon.

Pire encore, beaucoup de ceux qui ont résisté à la conscription ukrainienne (certains d'entre eux ont payé les administrateurs de la conscription pour des montants généralement de 1000 dollars) sont issus de la  nomenklatura ukrainienne, à savoir les classes supérieures ou ceux qui ont des compétences de haut niveau ou ceux qui sont issus de familles politiquement connectées et privilégiées.

Sans plus d'argent et d'armes occidentaux, l'Ukraine perdra la guerre, dit Zelensky.
Photo : Nouvelle voix de l'Ukraine

L'administration Biden affirme que la défaite de la Russie en Ukraine protégera l'Europe d'une future attaque russe.

Le contre-argument est que continuer à soutenir l'Ukraine pourrait conduire à une extension de la guerre en Europe. Pendant longtemps, les États-Unis et leurs alliés ont joué avec la sécurité européenne en gravant l'Ukraine d'armes, de conseillers, de soutien militaire et de renseignement et de beaucoup d'argent.

Jusqu'à présent du moins, les Russes n'ont pas réagi en attaquant les lignes d'approvisionnement en dehors de l'Ukraine, ni n'ont arrêté le flux de gaz ou d'autres produits de base (y compris l'uranium) vers l'Europe et les États-Unis en réponse au soutien occidental à l'Ukraine.

La plupart des rapports montrent que la Russie a pris le dessus en Ukraine et a lancé ce qui semble être une offensive limitée qui semble viser, jusqu'à présent du moins, à sécuriser le Donbass. Cependant, les armées s'effondrent souvent rapidement une fois que les chefs militaires et les soldats pensent qu'ils sont sur le point d'être renversés.

Au Viêt Nam en 1975, les chefs militaires américains pensaient que l'armée du Sud-Vietnam serait en mesure de tenir le I-Corps, la partie nord du Sud-Vietnam, contre les attaques lancées par l'armée régulière nord-vietnamienne (ANV). C'était une chimère. Le I-Corps se plia en quelques jours et l'ANV se déplaça rapidement vers le sud, se dirigeant vers Saigon. La déroute était lancée.

Réparer l'OTAN est un problème très difficile parce qu'elle a prétendu être une alliance offensive et non un système de défense. Avec sa mission corrompue et sa frontière avec la Russie considérablement élargie (presque toute l'Europe de l'Est et la Finlande), l'ambition de l'OTAN d'ajouter l'Ukraine est un pays trop loin parce que cette fois-ci, les Russes n'ont pas accepté l'objectif expansionniste de l'OTAN.

Si l'Ukraine capitule, ce que la  Russie dit vouloir aujourd'hui, l'OTAN subira une défaite majeure, la première défaite depuis la création de l'alliance en avril 1949.

source :  Asia Times via  Histoire et Société

 reseauinternational.net

 Commenter