20/05/2024 lesakerfrancophone.fr  9 min #248926

Ukraine Sitrep. Analyse de l'incursion à Kharkiv - Attaques contre la Russie et vengeance russe


Par  Moon of Alabama - Le 18 mai 2024

Le 11 mai,  j'avais analysé l'offensive russe vers Kharkiv et conclu qu'elle visait à créer une "zone sanitaire" le long de la frontière, et non à prendre Kharkiv :

L'offensive de Kharkiv semble donc destinée à créer une zone tampon, d'une profondeur d'environ 10 kilomètres, sur le territoire ukrainien le long de la frontière nord avec la Russie. Le fait qu'elle détourne les forces ukrainiennes d'un autre endroit et les positionne sur un terrain essentiellement ouvert en vue de leur destruction éventuelle n'est qu'un effet secondaire bienvenu.

Le président russe Poutine  l'a confirmé lors d'une récente conférence de presse :

En ce qui concerne l'évolution de la situation dans le secteur de Kharkov, les Ukrainiens sont également à blâmer, car ils ont bombardé et, malheureusement, continuent de bombarder des zones résidentielles dans les territoires frontaliers [de la Russie], y compris Belgorod. Des civils y meurent, c'est clair pour tout le monde. Ils tirent des missiles sur le centre-ville, sur des zones résidentielles. J'ai dit publiquement que si cela continuait, nous serions obligés de créer une zone de sécurité, une zone sanitaire. Et c'est ce que nous faisons aujourd'hui.

En ce qui concerne [la prise de] Kharkov, rien n'est prévu pour l'instant.

L'incursion russe à Kharkiv est une conséquence directe des attaques ukrainiennes contre les civils russes.

De même, la destruction récente par la Russie de centrales électriques en Ukraine est une conséquence directe des attaques ukrainiennes contre les installations de raffinage russes.  Comme l'indique le rapport quotidien russe sur son opération en Ukraine du 8 mai :

En réponse à la tentative du régime de Kiev d'endommager les installations électriques russes, les forces armées russes ont lancé une frappe groupée de haute précision à longue portée au moyen de missiles maritimes et aériens, du système de missiles hypersoniques aérobalistiques Kinzhal, de véhicules aériens sans pilote sur les installations électriques, ainsi que sur les entreprises du complexe militaro-industriel ukrainien.

L'objectif de la frappe a été atteint. Toutes les cibles assignées ont été touchées.

L'Ukraine a perdu quelque huit gigawatts d'électricité et a dû  procéder à des coupures de courant :

Depuis le mois de mars, cinq vagues d'attaques de missiles ont entraîné la "destruction complète" des centrales électriques du fournisseur d'énergie privé DTEK, qui assure 20 % de la production électrique du pays, a déclaré le PDG Maksym Timchenko lors d'une conférence de presse Zoom mardi.

La dernière attaque, le 8 mai, a été particulièrement dévastatrice, a-t-il ajouté, car tous les missiles ont atteint leurs cibles, sans être gênés par la défense aérienne, ce qui a mis hors service trois autres centrales électriques.

...

La campagne de missiles de ces dernières semaines a causé des dommages d'une valeur d'un milliard de dollars à l'infrastructure énergétique, a déclaré le ministre de l'énergie, German Galushchenko, au début du mois à la télévision ukrainienne.

Malgré ces conséquences négatives, les attaques ukrainiennes contre les infrastructures russes  se poursuivent. En conséquence, l'Ukraine aura bientôt encore moins d'énergie électrique à distribuer.

Les dirigeants ukrainiens n'ont pas compris que de telles actions ont des conséquences très néfastes.

Ils demandent maintenant aux États-Unis de lever les restrictions sur les armes livrées par les États-Unis afin de pouvoir les utiliser contre les villes russes.

Lors de sa récente visite à Kiev, le secrétaire d'État Anthony Blinken a semblé  accepter cette demande :

Lors d'une visite à Kiev le mercredi 15 mai, le secrétaire d'État américain Antony Blinken a laissé entendre que les forces ukrainiennes pourraient frapper le territoire russe avec des armes fournies par les États-Unis, pour la première fois depuis l'invasion russe en 2022. "Nous n'avons pas encouragé ou permis des frappes en dehors de l'Ukraine, mais en fin de compte, l'Ukraine doit prendre des décisions pour elle-même sur la manière dont elle va mener cette guerre", a déclaré M. Blinken, ouvrant ainsi la possibilité d'utiliser du matériel militaire occidental contre des unités russes situées au-delà des frontières de l'Ukraine.

L'Ukraine utilisera inévitablement ces armes à plus longue portée pour cibler les civils russes. La Russie ripostera inévitablement par des moyens beaucoup plus puissants.

L'Ukraine peut espérer gagner quelques points de relations publiques en commettant de tels actes, mais c'est un moyen sûr de ruiner totalement le pays.

Aujourd'hui, le Washington Post et le New York Times ont publié des longs articles sur le succès de la campagne russe vers Kharkiv. Ils concluent tous deux que l'Ukraine, bien que sachant que l'attaque était imminente, ne s'y était pas préparée.

 La seconde invasion russe de Kharkiv a pris l'Ukraine au dépourvu ( archivé) - Washington Post

La nouvelle offensive russe à la frontière nord-est de l'Ukraine était attendue depuis des mois, mais elle a tout de même surpris les soldats ukrainiens stationnés sur place pour s'en défendre.

Un détail intéressant :

Les dispositifs Starlink [de l'unité de drones] - l'internet par satellite sur lequel l'armée ukrainienne compte pour les communications de base - sont tombés en panne, pour la première fois depuis l'invasion russe en février 2022.

"À un certain moment, nous nous sommes retrouvés complètement aveugles", a déclaré un commandant de l'unité de drones de la brigade. Le Post a accepté de l'identifier par son indicatif, Artist, conformément au protocole militaire ukrainien.

Bloquer Starlink sur le front en cas de besoin est une nouvelle capacité russe que nous verrons plus souvent.

 Les Russes ont franchi la frontière ukrainienne en masse. Il n'y avait pas grand-chose pour les arrêter. ( archivé) - New York Times

Les hauts responsables ukrainiens ont semblé prendre le danger au sérieux, le président Volodymyr Zelenksy effectuant une visite très chorégraphiée des fortifications autour de Kharkiv le 9 avril.

"Nous devons être prêts", a déclaré M. Zelenksy. "Les Russes doivent voir que nous sommes prêts à nous défendre. Et notre peuple doit comprendre que l'Ukraine est prête au cas où l'ennemi essaierait d'attaquer".

Ces préparatifs n'ont guère permis d'atténuer l'attaque russe.

Les fortifications, à l'exception de quelques pièces maîtresses utilisées pour les coups de relations publiques de Zelenski, n'ont jamais été construites, même si de l'argent a été versé à cet effet :

Mme Sykhina a déclaré avoir vu des blocs de béton et des machines être déplacés le long d'une route devant sa maison, dans ce qu'elle croyait être des préparatifs de fortification.

"Mais en fait, d'après ce que je sais, rien n'a été construit", a déclaré Mme Sykhina.

Un autre élément intéressant concerne la dictature de plus en plus autoritaire en Ukraine, dirigée depuis le bureau d'un seul homme :

 Le principal collaborateur de Zelensky fait étalage de son pouvoir, irrite ses détracteurs et ne s'excuse pas ( archivé) - Washington Post

Andriy Yermak, ancien avocat et producteur de films qui dirige le bureau présidentiel de Volodymyr Zelensky pendant la guerre, est sans doute le chef de cabinet le plus puissant de l'histoire de l'Ukraine.

Lors d'entretiens avec plus d'une douzaine de fonctionnaires et de législateurs ukrainiens, anciens et actuels, de diplomates étrangers et d'autres personnes qui connaissent M. Yermak ou travaillent avec lui, même ses partisans ont reconnu qu'il exerçait une autorité exceptionnellement large, sur la gouvernance et la communication externe. Certains ont dit qu'il contrôle même quels autres fonctionnaires sont autorisés à voyager à l'étranger et quand - un détail sur lequel son bureau a refusé de faire des commentaires.

Récemment, selon les critiques, alors que le cercle des conseillers de Zelensky s'est resserré, Yermak a mis sur la touche le ministère des affaires étrangères, s'est immiscé dans les décisions militaires et a négocié des accords clés avec des partenaires, y compris les États-Unis - une tâche qui, selon eux, devrait être confiée au président.

...

Yermak est en contact direct avec les personnes les plus puissantes de Washington, y compris le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan. "Nous prenons des nouvelles très régulièrement", a déclaré M. Sullivan au sujet de M. Yermak lors d'une visite à Kiev en mars. Le bureau de M. Sullivan n'a pas répondu aux nombreuses demandes de commentaires.

Yermak est un avocat spécialisé dans le divertissement et un producteur de films qui n'a aucune qualification pour le poste qu'il occupe actuellement.

À en juger par les rapports quotidiens publiés par le ministère russe de la défense, les pertes actuelles du côté ukrainien sont plutôt horribles.  Le rapport d'aujourd'hui fait état de 30 systèmes d'artillerie ukrainiens détruits, de 15 véhicules chenillés et de 1 525 victimes ukrainiennes. Ces chiffres sont régulièrement bien plus élevés que ceux des mois précédents.

Dans une interview accordée à l'AFP,  Zelenski déplore que certains Occidentaux recherchent la paix :

L'ancien comédien de 46 ans portait l'une de ses tenues kaki caractéristiques pour l'interview à Kiev, sa première avec un média étranger depuis le début de l'offensive russe dans la région de Kharkiv.

"Nous voulons que la guerre se termine par une paix équitable pour nous", tandis que "l'Occident veut que la guerre se termine. Un point c'est tout. Le plus tôt possible. Et pour eux, il s'agit d'une paix équitable", a-t-il déclaré.

Tant que l'argent de l'Occident coule à flots et que personne ne le conteste, l'équipe Zelenski/Yermak ne fera aucun effort pour mettre fin à la guerre.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter