01/12/2023 mondialisation.ca  10 min #238404

L'État islamique (Ei), le « projet de califat » du Pentagone et la « guerre mondiale contre le terrorisme »

Par  Prof Michel Chossudovsky

Cet article a été publié pour la première fois par Global Research en juillet 2014.

***

La légende d'Al-Qaïda et la menace de « l'ennemi extérieur » sont entretenues par une vaste propagande médiatique et gouvernementale.

Dans la période post-11 septembre, la menace terroriste émanant d'Al-Qaïda constitue la pierre angulaire de la doctrine militaire des États-Unis et de l'OTAN. Cela justifie – dans le cadre d'un mandat humanitaire – la conduite d'« opérations antiterroristes » à l'échelle mondiale.

Connues et documentées, les entités affiliées à Al-Qaïda ont été utilisées par les États-Unis et l'OTAN dans de nombreux conflits comme « moyens de renseignement » depuis l'apogée de la guerre soviéto-afghane. En Syrie, les rebelles d'Al Nusra et de l'Etat islamique sont les fantassins de l'alliance militaire occidentale, qui à son tour supervise et contrôle le recrutement et l'entraînement des forces paramilitaires.


Alors que le Département d'État américain accuse plusieurs pays d'« héberger des terroristes », l'Amérique est le premier « État parrain du terrorisme » : l'État islamique en Irak et al-Sham (ISIS) – qui opère à la fois en Syrie et en Irak – est secrètement impliqué. soutenu et financé par les États-Unis et leurs alliés, notamment la Turquie, l'Arabie saoudite et le Qatar. De plus, l'État islamique d'Irak et le projet de califat sunnite d'al-Sham coïncident avec un programme américain de longue date visant à diviser l'Irak et la Syrie en territoires séparés : un califat islamiste sunnite, une république arabe chiite, une république du Kurdistan, entre autres.

La guerre mondiale contre le terrorisme (GWOT) menée par les États-Unis constitue la pierre angulaire de la doctrine militaire américaine. « Poursuivre les terroristes islamiques » fait partie intégrante de la guerre non conventionnelle. L'objectif sous-jacent est de justifier la conduite d'opérations antiterroristes à l'échelle mondiale, permettant aux États-Unis et à leurs alliés d'intervenir dans les affaires de pays souverains.

De nombreux écrivains progressistes, y compris les médias alternatifs, tout en se concentrant sur les récents développements en Irak, ne parviennent pas à comprendre la logique qui se cache derrière la « guerre mondiale contre le terrorisme ». L'État islamique en Irak et Al Cham (ISIS) est souvent considéré comme une « entité indépendante » plutôt que comme un instrument de l'alliance militaire occidentale. En outre, de nombreux militants anti-guerre engagés – qui s'opposent aux principes du programme militaire entre les États-Unis et l'OTAN – soutiendront néanmoins le programme antiterroriste de Washington dirigé contre Al-Qaïda : La menace terroriste mondiale est considérée comme « réelle » : « Nous sommes contre la guerre, mais nous soutenons la guerre mondiale contre le terrorisme ».

Le projet Califat et le rapport du National Intelligence Council des États-Unis

Un nouvel élan de propagande a été déclenché. Le chef de l'État islamique d'Irak et d'Al Cham (ISIS), aujourd'hui disparu, Abou Bakr al-Baghdadia annoncé le 29 juin 2014 la création d'un État islamique :

Les combattants fidèles au « calife Ibrahim ibn Awwad » proclamé par le groupe, ou Abou Bakr al-Baghdadi comme on l'appelait jusqu'à l'annonce de dimanche 1er juillet, s'inspirent du califat de Rashidun, qui a succédé au prophète Mahomet au septième siècle, et est vénéré par la plupart des musulmans. » (Daily Telegraph, 30 juin 2014)

Ironie du sort, le projet de califat en tant qu'instrument de propagande est sur la planche à dessin des services de renseignement américains depuis plus de dix ans. En décembre 2004, sous l'administration Bush, le National Intelligence Council (NIC) a prédit qu'en 2020 un nouveau califat s'étendant de la Méditerranée occidentale à l'Asie centrale et à l'Asie du Sud-Est émergerait, menaçant la démocratie et les valeurs occidentales.

Les « conclusions » du National Intelligence Council ont été publiées dans un rapport non classifié de 123 pages intitulé « Mapping the Global Future ».

« Un nouveau califat fournit un exemple de la manière dont un mouvement mondial alimenté par une politique identitaire religieuse radicale pourrait constituer un défi aux normes et valeurs occidentales en tant que fondement du système mondial » (c'est nous qui soulignons)

Le rapport NIC 2004 frise le ridicule ; il est dépourvu d'intelligence, encore moins d'analyse historique et géopolitique. Son faux récit concernant le califat ressemble néanmoins étrangement à l'annonce très médiatisée du 29 juin 2014 de la création du califat par le chef de l'Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi.

Le rapport du NIC présente un soi-disant « scénario fictif d'une lettre d'un petit-fils fictif de Ben Laden à un parent de la famille en 2020 ». C'est sur cette base qu'elle fait des prédictions pour l'année 2020. S'appuyant sur une lettre inventée par le petit-fils de Ben Laden plutôt que sur des renseignements et des analyses empiriques, la communauté du renseignement américain conclut que le califat constitue un réel danger pour le monde occidental et la civilisation occidentale..

Du point de vue de la propagande, l'objectif qui sous-tend le projet de califat – tel que décrit par le NIC – est de diaboliser les musulmans en vue de justifier une croisade militaire :

« Le scénario fictif décrit ci-dessous fournit un exemple de la façon dont un mouvement mondial alimenté par une identité religieuse radicale pourrait émerger.

Dans ce scénario, un nouveau califat est proclamé et parvient à promouvoir une contre-idéologie puissante qui séduit un large public.

Il est représenté sous la forme d'une lettre hypothétique d'un petit-fils fictif de Ben Laden à un parent de la famille en 2020.

Il raconte les luttes du calife pour tenter d'arracher le contrôle aux régimes traditionnels, ainsi que le conflit et la confusion qui s'ensuivent à la fois au sein du monde musulman et à l'extérieur entre les musulmans et les États-Unis, l'Europe, la Russie et la Chine. Même si le succès du calife dans la mobilisation du soutien varie, des régions bien au-delà du noyau musulman du Moyen-Orient – ​​en Afrique et en Asie – sont secouées par ses appels.

Le scénario se termine avant que le calife ne soit capable d'établir une autorité à la fois spirituelle et temporelle sur un territoire – ce qui a historiquement été le cas pour les califes précédents. À la fin du scénario, nous identifions les leçons à tirer. »( « Mapping the Global Future ». p. 83)

page 90 du rapport

Ce rapport « faisant autorité » du NIC « Mapping the Global Future » n'a pas seulement été présenté à la Maison Blanche, au Congrès et au Pentagone, il a également été envoyé aux alliés de l'Amérique. La « menace émanant du monde musulman » évoquée dans le rapport du NIC (y compris la section sur le projet de califat) est fermement ancrée dans la doctrine militaire des États-Unis et de l'OTAN.

Le document du NIC était destiné à être lu par de hauts responsables. D'une manière générale, cela faisait partie de la campagne de propagande des « hauts fonctionnaires » (TOPOFF) qui cible les hauts responsables de la politique étrangère et de l'armée, sans parler des universitaires, des chercheurs et des « militants » des ONG. L'objectif est de garantir que les « hauts responsables » continuent de croire que les terroristes islamiques menacent la sécurité du monde occidental.

Le scénario du califat repose sur le « choc des civilisations », qui fournit aux yeux de l'opinion publique une justification pour que l'Amérique intervienne dans le monde entier dans le cadre d'un programme antiterroriste mondial.

D'un point de vue géopolitique et géographique, le califat constitue une vaste zone dans laquelle les États-Unis cherchent à étendre leur influence économique et stratégique. Selon les mots de Dick Cheney à propos du rapport de 2004 du NIC :

« Ils parlent de vouloir rétablir ce que l'on pourrait appeler le califat du septième siècle. C'était le monde tel qu'il était organisé il y a 1 200, 1 300 ans, en fait, lorsque l'Islam ou le peuple islamique contrôlait tout, du Portugal à l'Espagne, en Occident ; tout au long de la Méditerranée jusqu'à l'Afrique du Nord ; toute l'Afrique du Nord ; Moyen-orient; jusque dans les Balkans; les républiques d'Asie centrale ; la pointe sud de la Russie ; une bonne partie de l'Inde ; et jusqu'à l'Indonésie d'aujourd'hui. Dans un sens, de Bali et Jakarta d'un côté, à Madrid de l'autre.  Dick Cheney (c'est nous qui soulignons)

Capture d'écran, p. 92 du rapport NIC

Ce que Cheney décrivait dans le contexte actuel est une vaste région stratégique s'étendant de la Méditerranée à l'Asie centrale et à l'Asie du Sud-Est, dans laquelle les États-Unis et leurs alliés sont directement impliqués dans diverses opérations militaires et de renseignement, y compris le soutien secret des États-Unis à l'EI et à Al-Qaïda . Entités affiliées à Qaïda dans les soi-disant « pays et territoires où des islamistes radicaux ont aidé des groupes violents… » (voir carte ci-dessus)

L'objectif déclaré du rapport du NIC était de « préparer la prochaine administration Bush aux défis qui l'attendent en projetant les tendances actuelles qui pourraient constituer une menace pour les intérêts américains ».

Le document des services de renseignement du NIC était basé, ne l'oublions pas, sur « une lettre hypothétique d'un petit-fils fictif de Ben Laden à un parent [fictif] de la famille en [l'année] 2020 ». Les « leçons apprises » telles que décrites dans ce document de renseignement « faisant autorité » du NIC sont les suivantes :

  • le projet de califat « constitue un défi sérieux à l'ordre international ».
  • « La révolution informatique risque d'amplifier le choc entre les mondes occidental et musulman… »

Le document fait référence à l'appel du califat aux musulmans et conclut que :

« La proclamation du Califat ne diminuerait pas la probabilité de terrorisme et ne fomenterait pas davantage de conflits ». [sic]

L'analyse du NIC suggère que la proclamation d'un califat générera une nouvelle vague de terrorisme émanant des pays musulmans, justifiant ainsi une escalade dans la guerre mondiale contre le terrorisme (GWOT) américaine :

la proclamation du califat… pourrait alimenter une nouvelle génération de terroristes déterminés à attaquer ceux qui s'opposent au califat, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur du monde musulman. (c'est nous qui soulignons)

Ce que le rapport du NIC oublie de mentionner, c'est que les renseignements américains, en liaison avec le MI6 britannique et le Mossad israélien, sont secrètement impliqués dans le soutien à la fois aux terroristes et au projet de califat.

À leur tour, les médias se sont lancés dans une nouvelle vague de mensonges et d'inventions, se concentrant sur « une nouvelle menace terroriste » émanant non seulement du monde musulman, mais aussi des « terroristes islamistes locaux » d'Europe et d'Amérique du Nord.

Michel Chossudovsky

Lien vers l'article original:

 The Islamic State (ISIS), the Pentagon's "Caliphate Project" and the "Global War on Terrorism", 30 novembre 2023

Traduit par Maya pour Mondialisation.ca

***

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright ©  Prof Michel Chossudovsky, Mondialisation.ca, 2023

 mondialisation.ca

 Commenter