17/05/2024 francais.rt.com  4 min #248795

Proche-Orient : plusieurs morts dans une frappe israélienne au Sud-Liban


© Rabih DAHER / AFP

Bombardement israélien dans le sud du Liban le 16 mai 2024.

Les opérations du Hezbollah et de l'armée israélienne se poursuivent sur le front nord. Tsahal continue ses bombardements sur plusieurs localités libanaises tandis que le parti chiite revendique des attaques contre Israël.

Ce 17 mai,  le site israélien I24 a indiqué qu'un haut commandant du Hezbollah du nom de Hossein Mahdi avait été éliminé dans une frappe aérienne de Tsahal contre son véhicule dans la ville d'al-Najariya, au sud du pays, ajoutant que cinq autres membres du parti chiite avaient été tués.

Au même moment, L'Orient-Le Jour, a évoqué  deux frappes de drones israéliens ayant visé un véhicule dans la même localité, attaques qui ont tué le chauffeur ainsi qu'«un homme de nationalité libanaise» et blessé «trois ouvriers agricoles syriens» qui se trouvaient à l'intérieur. «Aucune autre information n'était jusqu'à présent disponible sur l'identité de la victime», a précisé le média francophone.

Le Hezbollah vise les industries israéliennes

Ces frappes israéliennes surviennent dans la foulée d'attaques du Hezbollah contre des infrastructures de l'État hébreu. Selon le site du parti chiite, l'organisation pro-iranienne a revendiqué  plusieurs attaques le 16 mai, contre «des installations industrielles relevant du ministère de la Guerre de l'ennemi (l'entreprise Elbit pour les industries militaires), notamment l'usine David Cohen à Tal Hay (au nord de Kiryat Shmona), spécialisée dans la production de systèmes électroniques pour l'armée israélienne», ainsi que contre «le site d'Al-Marj» mais également contre «un déploiement de soldats ennemis israéliens à proximité du site de Jal al-Alam avec des missiles Burkan».

«Les missiles du Hezbollah et les groupes terroristes palestiniens au Liban tuent des Syriens et des Libanais et tombent en grand nombre dans les régions libanaises», a indiqué le porte-parole arabophone de l'armée israélienne, Avichay Adraee, dans  un message sur la plateforme X (ex-Twitter).

«Nous révélons également que plus de 16% du total des tirs de roquettes lancés par le Hezbollah et les organisations qui coopèrent avec lui depuis le déclenchement de la guerre actuelle ont échoué et ont causé des ravages et des morts au Liban», a-t-il ajouté.

Israël accuse le Hezbollah de tuer des Libanais

Le Hezbollah «continue d'activer son infrastructure terroriste depuis les villages, mettant en danger la vie des habitants», a poursuivi le porte-parole arabophone de Tsahal. Quant à Hassan Nasrallah, il «cherche à se faire passer pour le protecteur du Liban, mais il tue ses citoyens dans une guerre qu'il a déclenchée au service des terroristes de l'EI, du Hamas, et qu'il continue de mener dans l'intérêt de l'Iran», a-t-il encore ajouté.

«La résistance n'hésitera pas à diversifier et développer ses réponses en quantité et qualité», a pour sa part déclaré ce 17 mai Hassan Fadlallah,  député du parti, lors des obsèques de Hussein Ibrahim Makki, un haut gradé du Hezbollah tué le 15 mai.

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah et Tsahal n'ont cessé de s'affronter. La continuation de ces combats frontaliers met en échec les pressions occidentales pour tenter de pacifier la zone. En effet, l'objectif du récent voyage du chef de la diplomatie française au Liban était d'obtenir, conjointement avec les États-Unis, un retrait des forces du Hezbollah de la frontière avec Israël. Le 29 avril, au lendemain de la visite de Stéphane Séjourné au pays du Cèdre, le député du Hezbollah Hassan Fadlallah a estimé que «toute tentative étrangère» concernant le Liban visait uniquement à «soulager le gouvernement» du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, afin «qu'il concentre tous ses efforts sur Gaza».

De son côté, Israël menace toujours le Hezbollah d'une intervention terrestre si le parti chiite ne se retire pas de la frontière. En effet, Yoav Gallant, le ministre israélien de la Défense, a déclaré le 8 mai que «l'été pourrait être tendu» avec le Hezbollah, en laissant planer la possibilité d'une intervention terrestre au Sud-Liban, rapporte le média I24. Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, devrait prendre la parole le 25 mai prochain pour aborder plus en détails la question du front nord.

 francais.rt.com

 Commenter