19/05/2024 investigaction.net  7 min #248857

Le chef d'état-major interarmées Us déclare que l'Otan va déployer des troupes en Ukraine

Andre Damon


AFP

Ils avaient dit qu'ils n'enverraient pas de chars, ni d'avions de chasse, ni de missiles à longue portée, ni de troupes au sol... « Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis », rétorqueront certains. Mais on pourrait aussi voir dans cette escalade la fuite en avant de dirigeants incompétents qui pensaient mettre l'économie russe à genoux, infliger de lourds dégâts à Moscou et placer Kiev en position de force à la table des négociations. (I'A)

Dans le cadre d'une escalade majeure de la guerre entre les États-Unis et l'OTAN et la Russie en Ukraine, le chef d'état-major interarmées des États-Unis, Charles Q. Brown, a déclaré jeudi au New York Times que l'alliance militaire de l'OTAN enverrait «à terme» un nombre important de troupes de l'OTAN en service actif en Ukraine, ce qui, selon le journal, signifiait que le déploiement était «inévitable».

En affirmant que l'envoi de troupes par l'OTAN est «inévitable», le Times veut dire que la décision a déjà été prise et qu'il ne reste plus qu'à déterminer la meilleure façon d'annoncer l'escalade au public.

La déclaration de Brown selon laquelle l'OTAN enverra des troupes en Ukraine, après que le président américain Joe Biden a catégoriquement exclu une telle initiative parce qu'elle conduirait à la «Troisième Guerre mondiale», s'inscrit dans la même logique: chaque fois que la Maison-Blanche a mentionné quelque chose qu'elle ne fera pas en Ukraine, elle l'a fait par la suite.

Il est grand temps que le président Joe Biden se rende à la télévision nationale et informe le peuple américain que la décision a été prise d'envoyer des troupes américaines et de l'OTAN pour combattre la Russie en Ukraine, qu'il s'agit d'une escalade massive de la guerre, qu'il y a une forte probabilité que cela conduise à une guerre nucléaire et que des centaines de millions de personnes seront tuées si cela se produit.

Biden devrait également expliquer comment le gouvernement américain, ou ce qu'il en resterait, réagirait à l'anéantissement d'une grande partie du pays. Il devrait également expliquer clairement pourquoi l'admission de l'Ukraine dans l'OTAN justifie de risquer une telle issue.

L'affirmation selon laquelle les troupes envoyées ne feraient que «former» les forces ukrainiennes, au lieu de servir de troupes de première ligne, est dénuée de sens. Une fois en Ukraine, elles essuieraient les tirs des forces russes, ce qui entraînerait des représailles directes de la part des forces de l'OTAN contre les avions et l'artillerie russes.

Le Times le dit clairement: «En tant que membre de l'OTAN, les États-Unis seraient obligés, en vertu du traité de l'alliance, d'aider à la défense de toute attaque contre les formateurs, ce qui pourrait entraîner les États-Unis dans la guerre.»

Pénurie de soldats ukrainiens

L'affirmation de Brown selon laquelle la décision sera prise «éventuellement» et «au fil du temps» ne vise qu'à masquer le fait que le principal responsable militaire civil des États-Unis a annoncé publiquement une action qui, selon les responsables russes, conduirait à des attaques directes contre les troupes américaines.

En fait, si l'effort de guerre de l'OTAN manque de quelque chose, c'est de temps. L'article du Times l'admet en déclarant: «La pénurie de soldats en Ukraine a atteint un point critique, et sa position sur le champ de bataille s'est sérieusement détériorée ces dernières semaines, alors que la Russie a accéléré ses avancées.»

En d'autres termes, la stratégie américaine consistant à «combattre la Russie jusqu'au dernier Ukrainien» a fait long feu et il n'y a plus assez de troupes ukrainiennes pour tenir le front. Tout effort qui vise à sauver la position ukrainienne nécessitera le déploiement rapide non seulement de «formateurs» de l'OTAN, mais aussi de forces de combat actives pour combattre sur la ligne de front.

Le Times lui-même admet que la planification des déploiements de l'OTAN en Ukraine est déjà très avancée. Il rapporte que «le mois dernier, l'OTAN a demandé au général Christopher G. Cavoli, le commandant suprême des forces alliées en Europe, de trouver un moyen pour l'alliance de faire plus pour aider l'Ukraine».

La déclaration du chef d'état-major interarmées américain marque une nouvelle étape dans une campagne concertée et orchestrée visant à légitimer le concept d'envoi de troupes de l'OTAN en Ukraine, que tous les politiciens américains et d'autres pays de l'OTAN avaient déclaré vocalement comme étant hors de question.

En février, le président français, Emmanuel Macron, a déclaré que l'OTAN devrait envisager d'envoyer des troupes au sol en Ukraine, ce que lui-même et Joe Biden avaient catégoriquement promis de ne pas faire. Dans les semaines qui ont suivi, des représentants de la France, du Canada, de la Lituanie, des Pays-Bas et de la Pologne ont repris la position de Macron. La semaine dernière, des représentants de l'Estonie ont fait écho à ces déclarations.

Aujourd'hui, un responsable américain est allé encore plus loin que Macron, en déclarant non seulement que l'envoi de troupes de l'OTAN devait être envisagé, mais qu'il était «inévitable».

"Cela s'appelle la Troisième Guerre mondiale"

La présentation soigneusement mise en scène de la décision américaine d'envoyer des troupes en Ukraine suit exactement le même scénario que celui utilisé pour présenter l'envoi de véhicules blindés, de chars, d'avions de chasse et de missiles à longue portée.

Dans chaque cas, la première étape est un démenti catégorique. En mars 2022, Joe Biden a déclaré: «L'idée que nous allons envoyer des équipements offensifs, des avions, des chars et des trains avec des pilotes et des équipages américains - comprenez bien, ne vous faites pas d'illusions, quoi que vous disiez, cela s'appelle la Troisième Guerre mondiale.»

En juin 2022, Macron s'est fait l'écho de ces sentiments en déclarant: «nous n'entrons pas en guerre. [...] Ainsi, il a été convenu de ne pas fournir certaines armes - y compris des avions d'attaque ou des chars».

En janvier 2023, Macron avait déclaré que «la France fournira des chars de combat légers et poursuivra son soutien en matière de défense aérienne», suivi par l'annonce de Biden que «les États-Unis enverront 31 chars Abrams à l'Ukraine».

Le scénario s'est ensuite répété avec la décision d'envoyer des armes à longue portée en Ukraine et de permettre leur utilisation contre la Crimée et d'autres parties de la Russie.

En mai 2022, Biden a déclaré: «Nous n'encourageons pas l'Ukraine à frapper au-delà de ses frontières et nous ne lui donnons pas les moyens de le faire». En septembre 2022, il a déclaré: «Nous n'allons pas envoyer à l'Ukraine des systèmes de missiles qui peuvent frapper la Russie.»

Mais le mois dernier, le gouvernement Biden a annoncé qu'il avait secrètement envoyé à l'Ukraine des missiles ATACMS à longue portée, qui avaient déjà été utilisés pour frapper la Crimée, que la Russie revendique comme son propre territoire. Au début du mois, le ministre britannique des Affaires étrangères, David Cameron, a déclaré que l'Ukraine avait le «droit» d'utiliser des armes fournies par l'OTAN pour frapper n'importe quelle partie du territoire russe.

Des enrteprises US sont déjà sur place

Au-delà de la déclaration du Times selon laquelle les États-Unis ont décidé d'envoyer des troupes en Ukraine, l'article fait un autre aveu stupéfiant: les États-Unis ont déjà envoyé des entreprises de défense en Ukraine pour assurer l'entretien des armes de pointe envoyées par les pays de l'OTAN.

L'article déclare qu'«un petit nombre» d'entreprises de défense américaines «ont déjà été autorisées à entrer [en Ukraine], sous l'égide du département d'État, pour travailler sur des systèmes d'armes spécifiques tels que les défenses antiaériennes "Patriot"».

L'article cite Alexander S. Vindman, l'un des principaux architectes de la guerre des États-Unis contre la Russie en Ukraine, qui a déclaré: «Il y a une attitude erronée des alliés dans le fait que nous fournissons des masses d'équipements occidentaux à l'Ukraine, mais que nous ne lui donnons pas les ressources nécessaires pour les entretenir.»

Lorsque, l'année dernière, les États-Unis ont annoncé qu'ils envoyaient des chars de combat M1 Abrams à l'Ukraine, le World Socialist Web Site a mis en garde: «La portée de l'annonce de Biden réside moins dans l'impact des chars sur le champ de bataille que dans les conséquences de leur déploiement.» Nous avons averti que ces armes «nécessiteront un réseau logistique massif à l'intérieur de l'Ukraine, impliquant un grand nombre d'entrepreneurs américains spécialisés. Les attaques contre ces réseaux d'approvisionnement et le personnel américain chargé de l'entretien des chars seront alors utilisés pour faire pression en faveur de la mise en place d'une "zone d'exclusion aérienne" et du déploiement de troupes américaines et de l'OTAN en Ukraine».

Dans des conditions où le front ukrainien est sur le point de s'effondrer, ces plans ont été considérablement accélérés, ce qui fait planer la menace d'une escalade rapide d'une guerre directe entre l'OTAN et la Russie.

Source:  WSWS

 investigaction.net

 Commenter

Référencé par :

1 article