19/05/2024 reseauinternational.net  7 min #248888

L'offensive russe de Kharkov est bien plus qu'un simple revers militaire pour Kiev

par Tarik Cyril Amar

Dans « Chapaev», un classique du cinéma soviétique des années 1930 encore très connu dans la culture populaire russe et ukrainienne, une célèbre scène clé décrit une «attaque psychologique». Dans le film, il ne s'agit pas de propagande ou de guerre de l'information, comme nous pourrions le supposer aujourd'hui. Il s'agit plutôt d'une avancée disciplinée sur un véritable champ de bataille, menée avec tant de panache qu'elle fait presque paniquer les défenseurs et les met en déroute. Dans le vieux film soviétique, cet assaut est repoussé.

Pourtant, dans la réalité, les choses peuvent se passer différemment : Certains signes indiquent que la récente offensive russe dans la région de Kharkov, au nord-est de l'Ukraine, même s'il est peu probable qu'elle ait été conçue pour produire de tels effets, pourrait se transformer en une défaite psychologique pour Kiev et ses soutiens occidentaux.

Nous ne pouvons pas savoir quels sont les objectifs exacts que Moscou entend poursuivre avec cette opération. Mais nous savons ce qu'elle a obtenu, à ce stade, en termes de territoire et de positions prises :  plus de 100 kilomètres carrés, y compris un nombre croissant de villages. Selon les officiers et les médias ukrainiens, les forces russes se battent dans  la ville de Volchansk, un centre local d'importance militaire. Il est difficile de prédire où cette avancée s'arrêtera. Mais compte tenu des forces - pour l'instant du moins - relativement faibles déployées dans cette opération, il est peu probable qu'elle ait pour but de capturer la ville de Kharkov, le deuxième centre urbain le plus important d'Ukraine. Elle pourrait toutefois servir à remettre la ville à portée de l'artillerie russe, ce qui pourrait servir à de futures offensives de plus grande envergure.

Parmi les objectifs plus probables de la Russie, on peut citer la création d'une zone tampon pour protéger la région et la ville russes de Belgorod et faire pression sur l'armée ukrainienne pour qu'elle utilise à outrance ses ressources déjà épuisées. Les forces russes qui lancent de nouvelles attaques dans d'autres régions (Sumy et Chernigov) - ouvrant ce qu'un journal britannique a déjà appelé un nouveau « troisième front» - s'inscrivent dans ce schéma. Bien entendu, les objectifs russes ne doivent pas être statiques : Moscou peut commencer ses opérations avec un ensemble d'objectifs, mais les réviser lorsque de nouvelles opportunités se présentent, ce qui pourrait être le cas dans cette affaire.

L'évaluation de l'impact de l'attaque sur les deux adversaires de la Russie, à savoir l'Ukraine et l'Occident, en particulier l'Union européenne, n'est pas aussi évidente. Sans surprise, Kiev et Washington s'efforcent de faire bonne figure. Tous deux - très probablement avec un certain degré de coordination - tentent de minimiser leurs pertes et les risques futurs. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a effectué une visite surprise à Kiev.  Reconnaissant que la situation est «difficile», il a tenté de maintenir l'espoir en promettant que l'aide américaine arriverait bientôt et ferait une grande différence. Le problème, c'est qu'il ne peut pas le savoir et que c'est intrinsèquement improbable. Pour deux raisons : Il n'y a pas assez d'aide et il ne peut pas y en avoir assez, étant donné la faiblesse de l'Ukraine en matière de main-d'œuvre qui ne peut pas être solutionnée, quel que soit le montant de financement occidental.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui aussi cherché à rassurer son public national et international. Affirmant que son armée comprend les plans russes visant à affaiblir la défense ukrainienne,  il a p r omis que d'autres sections importantes du front, par exemple dans la ville de Chasov Yar dans le Donbass, ne seraient pas abandonnées. Et si le fait que Zelensky perçoive ou non la stratégie russe n'avait pas d'importance ? Son véritable choix pourrait se limiter à déterminer où la Russie fera des gains et où l'Ukraine perdra. C'est l'essence même de l'extension excessive.  Selon CNN, l'armée ukrainienne a déjà «fait clairement allusion» à de nouveaux reculs sur le front du Donbass.

Plus intéressantes que ces rationalisations d'une crise qui s'aggrave sur le champ de bataille sont les réactions qui sont à la fois plus franches et moins optimistes. D'une part, l'avancée russe se transforme non seulement en une défaite ukrainienne (et occidentale), mais aussi en un scandale ukrainien dont l'Occident rend compte de manière inhabituellement directe. En Ukraine, la marche rapide et presque sans résistance des Russes à travers ce qui aurait dû être une zone de fortifications, de champs de mines et de pièges a donné lieu à des accusations de corruption à un niveau qui ne peut être qualifié que de trahison. Ukrainskaya Pravda, un pilier traditionnel du sentiment pro-occidental et de la rhétorique de mobilisation patriotique,  demande où sont les fortifications. Elle souligne que les autorités régionales ont versé des millions à des entreprises fictives pour construire ce qui, de toute évidence, n'existe pas ou est si mal fait qu'il pourrait tout aussi bien avoir disparu.

En Occident, la BBC  a donné une résonance mondiale à un officier de reconnaissance spécial ukrainien, Denys Yaroslavsky, qui affirme que lui et ses hommes ont vu les forces russes «entrer tout simplement». Il manquait quelque chose d'important qui aurait dû être là pour au moins les ralentir : Alors que les responsables ukrainiens «affirmaient que les défenses étaient construites à grands frais», comme le rapporte la BBC, les coûts (et, pour quelqu'un, les bénéfices) se sont matérialisés, mais pas les défenses. «Il s'agit soit d'un acte de négligence, soit de corruption», a conclu Yaroslavsky. «Ce n'est pas un échec. C'est une trahison».

Que l'effort de guerre de l'Ukraine souffre d'une grande corruption n'est une nouvelle que pour les plus naïfs. Mais le fait qu'elle soit ouvertement dénoncée en Ukraine et à l'étranger montre - et ce n'est pas la première fois, il est vrai - que le régime de Zelensky est de moins en moins capable de façonner et de contrôler des récits essentiels. Dans le même ordre d'idées, la production auto-contradictoire du célèbre chef du renseignement militaire ukrainien, Kirill Budanov, témoigne au moins d'une certaine confusion. D'un côté, Boudanov a brossé ce que le New York Times a appelé un «tableau sombre». Dans une conversation avec le journal américain, il a décrit la situation de l'Ukraine comme étant «au bord du gouffre». Plus précisément - et surtout - il est même allé jusqu'à nommer ouvertement le pire talon d'Achille de son pays, à savoir son  manque criant de réserves pour se déplacer sous une pression aiguë sur n'importe quelle partie de la ligne de front. Tout en prédisant une future «stabilisation», Boudanov a insisté sur les risques et les contraintes. Pourtant, s'adressant à son public, via la télévision ukrainienne, le général a  mis l'accent sur la «stabilisation» uniquement, promettant que les forces russes étaient déjà contenues, du moins «en principe».

De toute évidence, l'opération russe dans la région de Kharkov est une bataille permanente au sein d'une guerre permanente. Il serait imprudent de prédire les résultats, du moins dans les détails. Cependant, si nous faisons un zoom arrière et que nous nous concentrons sur les principaux développements, deux choses sont certaines : Premièrement, Moscou a et conserve l'initiative. C'est pourquoi ses forces sont à l'offensive et qu'elles décident de l'objectif de leurs attaques, alors que l'Ukraine et l'Occident en sont réduits à réagir. Deuxièmement, malgré la façade d'optimisme et de persévérance laborieusement entretenue, tant l'Ukraine que l'Occident montrent ouvertement des signes de nervosité, et plus particulièrement d'une nervosité induite par la pression russe. C'est, pour l'instant, l'effet le plus évident de l'opération de Kharkov, même s'il est caché à la vue de tous.

source :  RT France via  Le Saker Francophone

 reseauinternational.net

 Commenter