01/12/2023 legrandsoir.info  7 min #238343

Joséphine, combien de divisions ? ou la mystification des biopics

Rosa LLORENS

A lire les critiques sur le Napoléon de Ridley Scott, il semble qu'on n'ait d'autre choix que d'aimer ce blockbuster ou d'apparaître comme un franchouillard admirateur de Napoléon. Les commentateurs français regrettent alors que le film ne mette pas assez en valeur le génie militaire de l'Empereur, et les aspects positifs de sa politique intérieure – ici intervient la tarte à la crème du Code Civil. On saisit bien là le rôle des médias : quand ils ne portent pas aux nues ou ne dénigrent pas carrément un film, ils posent en tout cas pour nous les limites de la réflexion.

Bien sûr, il y a une autre position possible : dénigrer le film et haïr Bonaparte.

Quel est l'atout de cet énième film sur Napoléon ? Le rôle attribué à Joséphine, qui serait l'explication de toute la vie publique et des entreprises guerrières de Bonaparte. D'abord, ce n'est pas une idée très originale : il suffit de consulter Wikipédia pour trouver une quinzaine de films centrés sur Joséphine, parmi eux Joséphine, l'atout irrésistible de Napoléon, téléfilm tourné pour Secrets d'Histoire - Stéphane Bern, inspirateur de Ridley Scott ? L'idée centrale de Napoléon est en effet d'une puérilité confondante : après deux siècles d'historiographie sérieuse, sinon « scientifique », on en est encore à chercher l'explication des grands événements de l'Histoire dans la vie sentimentale des « grands hommes » ?

Certes, on peut mettre en avant le rôle de public relations de Joséphine, sa place dans les salons des Merveilleuses du Directoire et du Consulat, en concurrence avec Madame Tallien et Juliette Récamier, entre autres. Mais alors, il faudrait s'intéresser aux hommes dont ces salons diffusaient les mots d'ordre, Tallien, Barras, Cambacérès ; il faudrait faire, non pas un portrait, mais le tableau de tous ces requins qui émergent après Thermidor, ceux dont le mérite essentiel était d'avoir « survécu », tel Talleyrand, à la Révolution, grâce à leur absence de convictions politiques ; car ils ne voyaient dans les événements que des occasions de s'enrichir par leurs spéculations. La période qui voit l'ascension de Bonaparte est le règne des affairistes, de ce qu'on a appelé en Russie, dans les années 90, les oligarques. Ce qu'il faudrait faire entendre, derrière les minauderies des Joséphine, c'est les arrangements entre banquiers et fournisseurs aux armées, pour procurer de l'argent aux ambitieux qui devaient remettre de l'ordre dans le pays, cet ordre social et politique nécessaire aux affaires. C'est ainsi qu'une vingtaine, réduite plus tard à une dizaine de banquiers, fonde en 1799 le groupe des Négociants réunis (rien qu'au nom, on sent la magouille !), dont le fournisseur aux armées Ouvrard sera un élément permanent, reconstituant ainsi les Fermiers Généraux de l'Ancien Régime.

Au lieu d'insipides « Barbie et Ken sous l'Empire » (formule heureuse du Figaro Magazine), ce dont on aurait besoin, c'est de films comme Mille millions de dollars, de 1982, avec Patrick Dewaere et Mel Ferrer, où Verneuil montrait comment les entreprises USaméricaines avaient continué à collaborer avec les entreprises nazies pour la production guerrière. La bêtise des biopics apparaît de façon magistrale quand on relit l'immense Guerre et Paix, où Tolstoï s'attache à ridiculiser la croyance des historiens (et, ajouterait-on aujourd'hui, des réalisateurs) dans le rôle prépondérant des décisions des « grands hommes », des héros – croyance particulièrement grotesque quand on parle d'un individu aussi vaniteux, présomptueux, grossier, criminel et borné (oui, borné, car quelqu'un qui manque de tout sentiment humain ne peut que manquer aussi d'intelligence) que Napoléon.

Arrivons donc au glorieux Napoléon, que tout bon Français se devrait d'idolâtrer.
Inutile de s'attarder sur la question classique : Napoléon a-t-il mis fin à ou consolidé la Révolution ? Issu d'une famille aristocratique déclassée, Napoléon n'a eu de cesse d'affubler tous les membres de sa famille de titres ronflants (roi, vice-roi, grand-duc, prince...) afin de constituer une nouvelle dynastie (les Bonaparte après les Bourbon). Passons à son œuvre intérieure : les tentatives pour unifier les lois françaises remontent à Louis XIV (ce dont Voltaire, dans son ouvrage historique Le siècle de Louis XIV, le félicite). Elles reprirent à la fin de l'Ancien Régime et, pendant la Révolution, des Comités furent constamment occupés à la rédaction d'un Code Civil ; Cambacérès en fut le principal maître d'œuvre, et il continua à l'être sous le Directoire et finalement l'Empire. La seule contribution de Napoléon est de lui avoir donné son nom en 1804. Quand bien même il l'aurait entièrement rédigé, en en dictant les articles à 20 secrétaires simultanément, y aurait-il lieu de lui en faire un mérite ? Le Code Civil n'a rien de novateur, encore moins de progressiste, c'est le code de lois dont on avait besoin pour reprendre tranquillement les affaires après quinze ans de désordres ; les féministes devraient le vouer aux gémonies, puisqu'il fait de la femme une éternelle mineure, qui passe de l'autorité paternelle à l'autorité maritale (c'est là un terrible recul, au Moyen Âge, les femmes avaient davantage de droits) ; il n'y est pas question des droits des Noirs, l'esclavage ayant été officiellement rétabli en 1802 (c'est là qu'on pourrait parler de Joséphine, fille de planteurs martiniquais possédant 200 esclaves) ; enfin, tout pouvoir est donné aux patrons (mais il en était déjà ainsi depuis 1791 et les Lois Le Chapelier de sinistre mémoire) dans leurs rapports avec les ouvriers, à qui il est interdit de se concerter entre eux. En général, le Code Civil supprime tout type de propriété non individuel : c'est le triomphe de la propriété bourgeoise.

Mais le prestige de Napoléon vient essentiellement de ses entreprises militaires : ainsi, en octobre 1795 (Vendémiaire), il fait tirer au canon sur des insurgés royalistes : quel courage, quelle ingéniosité stratégique ! Plus tard, en 1799, il prendra l'habitude (il y reviendra en 1812, lors de la retraite de Russie) d'abandonner ses troupes, les laissant dans les conditions les plus catastrophiques. Avant cette fuite, il avait étendu ses opérations à la Palestine et la Syrie, se livrant à de terribles exactions et massacres (à Jaffa, 4000 prisonniers sont fusillés ou décapités : Chateaubriand, dans ses Mémoires d'Outre-Tombe, décrit ce carnage). La cruauté, la lâcheté, l'égoïsme narcissique ou l'irresponsabilité de Bonaparte-Napoléon ne font pas de doute. Mais il reste son génie stratégique !

Tolstoï prend un plaisir tout particulier à démythifier ce génie : il démontre que les batailles ne se déroulent jamais comme on les décrit, après coup, dans les rapports des officiers, puis les livres d'histoire (il s'en prend notamment à Thiers qui, plus tard, commettra bien d'autres crimes, non plus intellectuels, mais sanglants) : ainsi, à Borodino, dernière bataille avant la fatidique entrée à Moscou, aucun des ordres de Napoléon (pas plus que de Koutouzov du reste, mais Koutouzov ne se prenait pas pour un génie) n'a été exécuté, la bataille se déroulant dans une confusion, pourrait-on dire, quantique (les unités qu'on veut déplacer n'étant plus au même endroit quand l'ordre arrive). Et, pendant l'occupation de Moscou, puis la débâcle, Tolstoï montre que Napoléon prend les décisions les plus catastrophiques possible. De façon générale, les théoriciens trouvent toujours des raisons pour qualifier de géniaux les dispositifs les plus stupides : pourvu qu'ils aboutissent à la victoire, on ne les contredira pas ; mais que les revers arrivent, toutes les fautes apparaissent. Tolstoï ne croit pas au génie militaire et aux dispositifs savants des théoriciens (Die erste Kolonne marchiert..., s'amuse-t-il à parodier) mais à la motivation d'un peuple qui mène une guerre de survie et de libération.

200 millions de dollars pour nous faire croire que l'épopée napoléonienne est avant tout un beau roman d'amour (un spectateur qui réagit dans Allociné ou SensCritique attribue à Napoléon cette recommandation à Joséphine : « Ne te lave pas, j'arrive », - même si on l'a toujours connue comme adressée par Henri IV à Gabrielle d'Estrées). Comment lutter contre cette politique de crétinisation du public ? On peut certes regarder chez soi le Waterloo de Bondartchouk de 1970, ou Adieu Bonaparte (1985) de Youssef Chahine, où Patrice Chéreau nous offre une interprétation hilarante de Bonaparte dansant avec conviction à la mode arabe (on peut bien parler d'une danse du ventre) devant des dignitaires égyptiens ; mais rien à voir avec la force de frappe publicitaire des plates-formes USaméricaines.

 legrandsoir.info

 Commenter

Référencé par :

1 article