Alexandre Douguine: L'Empire est l'avenir qui suivra la Victoire

L'Empire est l'avenir qui suivra la Victoire

Alexandre Douguine

Source:  geopolitika.ru

Interview de A. G. Douguine par P. Volkov pour le portail ukraina.ru

- Alexandre Douguine, dans le contexte des événements récents, un gel du front ukrainien est-il possible ?

- Le conflit palestinien a sérieusement changé la situation. Tous les pays subordonnés aux États-Unis étaient en guerre contre nous jusqu'au dernier moment, où l'Ukraine bénéficiait d'un soutien considérable. Nous le sous-estimons souvent pour des raisons politiques et de propagande, mais en fait, c'était tellement sans précédent que l'on peut dire que la Russie était en guerre contre l'OTAN. Aujourd'hui, il y a un nouvel sujet qui surgit sur la scène internationale: le monde islamique. Même s'il s'agit d'une coalition de quelques pays - disons le Liban, la Syrie, le Yémen et l'Iran - cela suffit déjà à détourner une grande partie de l'attention militaire vers une autre région. Et puis il y a Taïwan. L'Ukraine n'est donc absolument plus le seul front dans la lutte du monde occidental unipolaire contre le monde multipolaire. De nouvelles lignes de front apparaissent et le thème de l'Ukraine passe d'une priorité exclusive à une priorité secondaire. L'Occident est loyal, l'Occident soutiendra l'Ukraine pendant longtemps, mais probablement plus avec autant d'enthousiasme. Et dans cette situation, il peut nous proposer une nouvelle initiative, par exemple de geler le conflit afin d'effectuer une rotation, de préparer du personnel frais, etc.

- À quelles conditions ?

- Justement, toutes les conditions de trêve qui peuvent être proposées maintenant seront vingt étages en dessous de ce que nous pouvons considérer comme un minimum acceptable. Il s'agira d'exigences humiliantes et impossibles à satisfaire, que personne n'envisagera sérieusement. Que s'est-il passé avec l'accord sur les céréales? Lorsque Moscou s'est rendu compte que ses conditions ne pouvaient être que vingt étages en dessous du minimum acceptable, elle a fait capoter l'accord. Et avec le cessez-le-feu, les exigences seront encore plus sévères pour diverses raisons - à la fois à cause des attentes démesurément exagérées en Ukraine même, de la diabolisation radicale des Russes en Occident et de la surestimation de notre faiblesse.

À un moment donné, nous avons fait preuve de faiblesse en nous retirant de Kiev et de l'oblast de Kharkov. Après cela, l'Occident a eu l'impression que la Russie était finie, que la Russie était faible, que la Russie était un colosse aux pieds d'argile, et que, maintenant, enfin, ils pouvaient s'en débarrasser. Nous avons ensuite reconstitué le front et il s'est avéré que ce n'était pas tout à fait en de bonnes conditions, mais les attentes sont restées élevées. Je pense donc que des propositions de pourparlers de paix peuvent maintenant suivre, mais même les conditions initiales seront tellement inacceptables que la Russie, même avec un grand désir d'arriver à la paix, ne sera pas en mesure de les accepter pour un millier de raisons. Nous entamons maintenant la campagne pour les élections présidentielles, qui se dérouleront évidemment sous le signe de la victoire, et tout ce qui ressemblera de près ou de loin à la victoire sera accueilli favorablement. Et tout ce qui ressemblera à une défaite ou à une trahison, ni le président sortant ni le futur président n'en auront la responsabilité. C'est pourquoi je ne m'inquiète pas trop des pourparlers de paix. C'est la pire chose sur laquelle nous avons échoué, mais il s'avère que ce n'est pas la seule. Nous avons connu suffisamment d'autres problèmes au cours de l'Opération militaire spéciale.

- S'il n'y a pas de négociations, que se passera-t-il ?

- Il est plus probable que nous assistions à une déstabilisation de la situation en Ukraine même. Sentant l'affaiblissement de leur soutien, les élites ukrainiennes vacilleront, se renvoyant la responsabilité les unes aux autres. Zelensky se trouve aujourd'hui dans une position très difficile. Il a peut-être annulé les élections de manière rationnelle. Lorsqu'un pays est en guerre, il est généralement dirigé par un dictateur, une personne qui, en raison de circonstances historiques, est contrainte de concentrer tous les pouvoirs entre ses mains - il n'y a rien de spécial à cela. Mais en Occident, la tenue constante d'élections, la reproduction constante de cycles électoraux, est en quelque sorte un outil essentiel. Il est nécessaire de changer constamment de dirigeants pour qu'ils ne tombent pas dans un sentiment d'impunité, et même les dirigeants pro-occidentaux qui sont trop soudés à leur siège sont renversés par l'Occident. C'est pourquoi cette idée de reporter les élections, que Zelensky semble avoir acceptée avec l'Occident, joue en fait contre lui. Il y a deux poids, deux mesures : ils peuvent soutenir l'annulation des élections et en rejeter la responsabilité sur Zelensky.

- Mais si, pour une raison ou une autre, le gel se produit, quels risques cela fera-t-il courir à la Russie ? Après tout, la Russie est également chauffée d'une certaine manière.

- C'est le cas. La pire chose qui puisse arriver dans cette guerre est la paix, c'est-à-dire une trêve aux conditions de l'ennemi. La réalisation de ces conditions ne peut être présentée comme une victoire. Car en effet, les pertes sont énormes, les gens perdent des proches, des enfants, le sang coule dans l'âme des Russes, et le simple fait de dire que nous allons geler le conflit ne sera accepté par personne, c'est lourd de conséquences et cela fait émerger le risque d'un effondrement du pays et du système, et il vaut mieux ne même pas y penser. Je pense que nos autorités réalisent assez sobrement qu'il est impossible de geler le conflit sans victoire, sans résultats positifs éclatants, tangibles, visibles. Bien sûr, on en parlera, quelqu'un qui rêve de la défaite de la Russie à l'intérieur et à l'extérieur de la Russie va exacerber cette situation, mais pour autant que je puisse imaginer le pouvoir suprême, c'est impossible. Nous parlerons de paix quand nous aurons la victoire.

- Comment comprendre que la victoire est arrivée ?

- Elle peut être différente : victoire sur l'ensemble de l'Ukraine ou libération de la seule Novorossia, ou même d'une partie de la Novorossia au sein des quatre sujets qui font déjà partie de la Russie dans leurs limites administratives. Mais au moins la consolidation des frontières des quatre nouveaux sujets peut être considérée comme une victoire minimale, qui ne sera pas réellement une victoire. À mon avis, il ne s'agit même pas d'un minimum, mais d'un échec et d'une défaite aux yeux de notre société, qui a déjà versé tant de sang. La moitié de l'Ukraine - avec Odessa, Mykolaiv, Kharkov, Dnipropetrovsk, peut-être Sumy et Chernihiv - est encore une bonne chose. Mais personne ne nous parlera même de quatre régions, ils nous offriront encore moins que ce qui est déjà inacceptable pour nous. La distance entre ce qui peut être la base de négociations de paix pour l'Ukraine et l'Occident et pour nous est trop grande. Tant que les positions ne seront pas rapprochées, tant que nous ne lancerons pas une offensive puissante avec un siège de Kiev, il sera impossible de négocier.

- La base des négociations ne peut donc être que la capture militaire directe de territoires ?

- Oui, ou si le gouvernement ukrainien s'effondre. D'un autre côté, nous pouvons négocier si tout s'effondre. Mais bien sûr, c'est peu probable. En bref, la différence entre les deux séries minimales de propositions de paix est désormais si grande que la poursuite des combats est inévitable. Elle s'accompagnera de processus politiques à l'intérieur de la Russie et de l'Ukraine. En Russie, ils sont prévisibles - le renforcement du "parti de la victoire" et l'éviction finale du "parti des traîtres", tandis qu'en Ukraine, à mon avis, nous devrions nous attendre à une désintégration. Lorsque les gens n'obtiennent pas ce dont ils rêvent, lorsque la distinction entre ce qui est proclamé et ce qui est réel devient totalement inacceptable, ils cherchent quelqu'un à blâmer. Quelqu'un doit répondre de l'échec de la contre-offensive. Cela affaiblira la société ukrainienne et divisera les élites. Au début de l'Opération militaire spéciale, la société et les élites ukrainiennes se sont révélées très consolidées par la propagande de type nazi, l'attente de voyages en Europe et, surtout, la haine à notre égard.

La russophobie, le sentiment de rage, la haine, le désir de tuer, de détruire ont réellement uni la société, mais cela a aussi ses limites. L'échec de la contre-offensive a montré que la Russie est très forte, et les élites et la société ukrainiennes devront faire face à cet échec. Honnêtement, je ne sais pas comment elles réagiront. Je ne peux pas dire si cet échec sera suffisant pour les frapper assez durement pour qu'ils se décomposent et abandonnent, ou s'ils seront capables de se reconstruire et de continuer à résister. Quoi qu'il en soit, nos perspectives ne sont peut-être pas brillantes, mais elles ne sont pas mauvaises, elles sont fiables, liées à la volonté du président de mener le pays à la victoire, tandis que la situation en Ukraine s'aggravera. Zelensky en a assez: il nous a d'abord fait rire comme nous fait rire un clown, puis il a versé du sang, il a utilisé toutes les méthodes pour attirer l'attention, et il n'a plus rien pour nous impressionner, nous surprendre et nous inspirer. Son étoile commence donc à pâlir, et l'Occident est distrait sur d'autres fronts. Dans cette situation, je pense que très, très lentement, l'initiative nous reviendra. Très lentement, parce qu'il est difficile de se battre contre l'ensemble de l'OTAN, et avec une marionnette aussi enragée et haineuse à notre égard que l'Ukraine. Imaginez une meute de loups enragés dotée de missiles à longue portée. Nous ne savons pas vraiment comment réagir à cela.

- Les problèmes peuvent diviser la société ukrainienne mais, séparée ou non, elle n'aimera pas la Russie de toute façon. Existe-t-il encore des instruments non militaires pour sortir l'Ukraine du contrôle extérieur de l'Occident, ou le train est-il parti ?

- Je ne pense pas qu'il en reste, le train est parti. Il y en avait, mais nous ne les avons pas utilisés. Il n'y a donc pas d'autre solution à ce problème que militaire. Une autre question est de savoir ce qu'il faut faire ensuite. Si nous imaginons que nous avons libéré l'Ukraine jusqu'à Lvov, que leur offrirons-nous ensuite? Bien sûr, nous devons offrir quelque chose. Mais ce n'est pas une question d'aujourd'hui. La guerre sera si compliquée et si longue que nous aurons le temps d'y réfléchir. Je suis absolument convaincu qu'il n'y a pas d'autre issue que l'Empire et l'Orthodoxie, un pôle mondial puissant avec la préservation de la culture classique et de la vision classique du monde en contraste avec l'Occident moderne dégénéré, la mobilisation des racines profondes du monde slave. Nous en avons besoin, et cela sera tout à fait acceptable pour les Ukrainiens également. Mais nous devons d'abord briser les reins de la machine politique libérale-nazie, mise en place par la stratégie occidentale. Si nous la détruisons, nous réfléchirons alors à ce que nous pourrons dire aux Ukrainiens. Tant que les bottes de nos soldats ne seront pas sur le sol à la frontière avec la Pologne et la Hongrie, il est inutile de parler d'économie, d'idéologie - personne ne nous écoutera. Ce n'est qu'après une victoire militaire écrasante qu'ils prendront au sérieux ce que nous disons.

Jusqu'à présent, nous gaspillons souvent le potentiel des menaces. Ce n'est pas grave lorsque des experts le disent mais lorsque nos principales figures militaires et politiques disent: "Ne le faites pas, ou vous serez gravement blessés", et que le "gravement blessé" ne vient pas, elles diminuent considérablement la valeur des paroles et des déclarations de la Russie.

Dans cette situation, tant que nous n'aurons pas fait correspondre nos paroles à nos actes, tant que nous n'aurons pas totalement vaincu l'Ukraine sur le champ de bataille, il me semble que, dans la situation actuelle, il est tout simplement irresponsable de parler d'un autre moyen de pression. Personne ne nous écoutera.

L'économie ne joue aucun rôle - ils font exploser des gazoducs dont la construction prend des décennies et coûte des milliards de dollars. Pour être honnête, l'économie, à l'exception de l'économie militaire, n'a pas d'importance aujourd'hui. Et l'économie militaire, c'est un nombre suffisant d'armes de haute qualité et de bons uniformes pour les soldats. C'est la seule chose qui compte.

- Mais l'économie, c'est aussi le niveau de vie. C'est, entre autres, ce qui attire les Ukrainiens vers l'Europe. Il n'est pas indifférent que dans ces mêmes nouvelles régions, il y ait du développement, que les gens aient un endroit où vivre, qu'ils étudient, qu'ils aient des emplois de haute technologie et bien rémunérés. Cela doit être intéressant à observer.

- Non, ce n'est pas le cas. Premièrement, personne ne leur montrera. Deuxièmement, si l'Ukraine s'était battue pour le confort, elle se serait maintenue avec la Crimée, aurait été un peu plus subtile et flexible dans sa politique à l'égard de la Russie, aurait obtenu le confort européen et se serait trouvée dans une bonne position en général. Non, les Ukrainiens ont sacrifié tout cela pour une seule chose: tuer des Russe. La fureur de leur russophobie l'emporte sur toute considération sur "qui est à l'aise là-bas" et sur "qui est payé combien". Je ne crois pas du tout que nous ayons affaire à une motivation matérielle chez notre ennemi du moment. Notre adversaire est possédé par des démons. On ne peut pas traiter avec un démon. Un démon est envoyé pour détruire, tuer, mourir. Il ne pensera pas à ce qui est plus rentable pour lui de faire, avec les Russes, dans de nouveaux territoires pour vivre ou d'aller en Occident. Sa conscience vit complètement séparée de son corps. Et dans cette lutte avec la démonie ukrainienne, aucun argument sur les nouveaux territoires qui sont meilleurs, les villes qui sont construites, ne fonctionnera du tout - premièrement, on ne leur montrera pas, et deuxièmement, ils ne croiront pas. Tant qu'une personne est possédée par un démon, que lui dire? Que dire, par exemple, à un homme ivre? N'allez pas sur la chaussée, vous y serez écrasé? Mais il y va parce que ses jambes vont. Il ne pense pas, il n'entend rien. La possession démoniaque est encore pire. Elle vous prive de toute pensée critique, vous n'évaluez rien, vous ne voyez rien, vous ne croyez rien. Les possédés vivent dans un monde absolument illusoire, où le facteur matériel lui-même se transforme en un effort démoniaque. Nous leur disons - voici le confort, voici la commodité, voici la prospérité, et ils disent - non, vous nous mentez, le facteur matériel, c'est quand un Russe doit être tué, quand un Moscovite doit avoir les yeux arrachés, quand il doit être brûlé, alors ce sera un facteur matériel. Quelque part à Mariupol, des maisons sont construites et d'anciens citoyens ukrainiens y vivent heureux - mais si on le dit, personne ne le croit. Même s'ils le voient, ils ne le croient pas. Tant que nous n'aurons pas brisé le cou de la machine militaro-politique, rien ne changera, personne n'écoutera aucun argument.

- Et qu'en est-il des habitants des nouveaux territoires, des quelques millions de réfugiés qui sont venus en Russie? Ils vivaient en Ukraine depuis longtemps et, après Maïdan, ils ont été soumis à un traitement approprié. Ils sont compliqués, et il doit y avoir une façon spéciale de les traiter ?

- Ils sont compliqués, mais plus faciles que ceux de l'autre côté. Bien sûr, ils ont besoin d'une approche, mais maintenant, je l'admets, je n'ai pas le temps de m'en occuper. L'existence de la Russie est en question. Non, je comprends que c'est important, mais s'il n'y a pas de Russie, il n'y aura ni ce peuple ni d'autres peuples, pas de peuple du tout. Dans la capitale, nous vivons dans une sorte d'état figé, alors qu'en réalité, une bataille sanglante pour l'histoire se déroule sur le front - à Zaporozhye, à Kherson, dans le Donbass. Nous marchons dans les rues, nous roulons en scooter, et sous nos pieds, le sol sous l'asphalte est imprégné du sang et de la douleur des personnes qui se battent pour nous. Les personnes qui se sont récemment retrouvées à l'intérieur de la Russie comprennent au moins à quoi tout cela sert. Ce sont eux qui doivent nous expliquer ce qui se passe. Nous ne pouvons rien leur dire, car la Russie, en général, est également responsable d'avoir permis que tout cela se produise. Lorsque l'Ukraine a commencé à se comporter de manière absolument russophobe, pourquoi n'ont-ils pas mis fin à cette situation alors qu'ils auraient pu le faire?

Nous avons commis tant d'erreurs à l'égard de l'Ukraine au cours des 30 dernières années que nous sommes en partie responsables. Et les gens qui vivent dans les nouveaux territoires ont tout vu par eux-mêmes, ils ont fait leurs propres choix, ils sont nos professeurs, ils sont beaucoup plus éveillés. C'est dans cette guerre qu'ils ont été les premiers à se réveiller et à réveiller la Russie. Nous devons les traiter avec le plus grand soin et le plus grand amour, mais ce sont eux qui doivent nous guider vers Lvov. Je pense que ce n'est pas eux qui ont besoin de notre soutien, mais nous qui avons besoin du leur. Les habitants des nouveaux territoires sont notre avant-garde, ils nous montrent le chemin. Quant à nos obligations sociales à leur égard, je pense que nous les remplissons. Si ce n'est pas le cas, nous les remplissons encore plus mal face à notre ancienne population. Nous sommes aujourd'hui dans une situation où nous sommes en train de surmonter le cauchemar dans lequel notre pays s'est effondré à la fin des années 80. C'est une tragédie commune. Nous devons restaurer l'unité de notre Empire - c'est tout simplement un devoir historique et pour cela nous pouvons et devons payer n'importe quel prix. Il n'y aura pas d'Empire - il n'y aura pas de Russie, il n'y aura pas de nous, il n'y aura non seulement pas d'avenir, mais même pas de passé.

Si nous vainquons l'Occident en Ukraine, nous confirmerons par nos actes que nous sommes un pôle de civilisation souveraine, un pôle du monde multipolaire, nous préserverons notre présent, notre avenir et notre passé. Dans le cas contraire, nous sommes finis. Nous serons effacés de l'histoire.

- Alexandre Guelievitch, vous représentez l'un des mouvements philosophiques et politiques les plus populaires de Russie. Je me demande comment vous et vos partisans envisagez l'avenir de la Russie.

- Tout commence par la géopolitique. Pour être un empire, comme l'a dit Brzezinski, la Russie doit établir un contrôle sur l'Ukraine. La géopolitique est liée à l'idéologie: plus nous nous percevons comme une civilisation russe souveraine, le monde russe, l'empire russe, plus nous nous tournons vers nos racines, nos attitudes, que nous avons abandonnées surtout il y a 100 ans, avec les bolcheviks d'une part, puis d'autre part - dans les années 90, avec le régime d'Eltsine. En fait, nous nous sommes complètement trahis en 100 ans, d'abord en abandonnant la religion, l'orthodoxie, le tsar, puis en abandonnant la justice sociale et en défendant une civilisation soviétique très particulière. Nous nous sommes trahis deux fois en 100 ans et ce n'est pas en vain. Nous avons trahi l'Empire, nous avons trahi le monde russe, nous avons trahi notre identité et maintenant nous devons la restaurer.

- Brzezinski n'est peut-être pas le genre de penseur sur lequel la société russe devrait s'appuyer. Que signifie l'Empire pour vous ? Quelle est la configuration du pouvoir, de la propriété, de la structure sociale, de quoi s'agit-il ?

- L'empire, que nous construirons lorsque l'Ukraine sera libérée, doit avoir une structure idéologique, politique et sociale totalement indépendante, qui sera basée sur la continuité des différentes étapes de l'histoire russe. Il y aura des éléments d'orthodoxie et de pouvoir autocratique suprême, et nécessairement de justice sociale - pendant la période soviétique, c'était la principale exigence de notre peuple russe et des autres peuples de Russie. En même temps, bien sûr, nous devons nous débarrasser de l'athéisme, du matérialisme, de l'idée complètement plébéienne, mesquine et dégoûtante du progrès matériel, et revenir aux idéaux de l'Église, à l'orthodoxie, aux idéaux et aux aspirations élevées, au principe de l'aristocratie de l'esprit - ce sont toutes ces choses qui ont été perdues au cours des 100 dernières années et que nous devons restaurer à mesure que nous remportons des victoires sur le front ukrainien.

- Il me semble qu'il s'agit d'une sorte d'éclectisme - à la fois autocratie et justice sociale. Et à qui appartient la propriété ? Après tout, la justice sociale dépend directement de la manière de distribuer ce que nous avons.

- Seuls les matérialistes ont à l'esprit la question de la répartition de la propriété. La propriété est importante. Mais en fait, il existe de nombreuses autres options que l'égalité matérielle totale - ce que postulait le communisme - et l'inégalité bourgeoise. Si nous parlons d'une société solidaire socialement orientée, l'écart entre les riches et les pauvres ne doit pas dépasser certaines limites normales. Dans une société solidaire, il doit y avoir de l'entraide. Le principe de l'autocratie ne contredit en rien le principe de la justice sociale.

- Le communisme n'est pas une question d'égalité matérielle totale, mais d'absence d'exploitation. Ai-je bien compris que dans la société solidaire du futur empire, les riches et les pauvres subsisteront, c'est-à-dire qu'il y aura du capitalisme, mais à "visage humain", avec une répartition plus juste?

- Non, le capitalisme, c'est le modèle occidental anglo-saxon qui détruit tout. Le capitalisme n'est pas seulement une société de marché, mais une société de marché où tout se vend, où tout s'achète, où il n'y a qu'une seule classe, la bourgeoisie. Le capitalisme est l'essence même de notre combat. Pas de capitalisme ! Il ne peut y avoir de capitalisme dans un véritable empire tissé de sacralité. C'est un système complètement différent. Mais pourquoi devrions-nous parler uniquement en termes de modèles politiques occidentaux? Le socialisme, le capitalisme, tout cela est emprunté à la culture occidentale, qui nous est étrangère. Nous devons construire une société russe et nous aurons une propriété russe. C'est ainsi que le peuple russe a traditionnellement compris la propriété.

- À différentes époques, les Russes ont compris la propriété différemment. Que voulez-vous dire par là?

- Lisez l'ouvrage du juriste eurasien Nikolai Alekseev, "The Russian people and the state" (Le peuple russe et l'État). C'est un livre magnifique. Il dit que l'approche la plus correcte est l'idée de la propriété privée relative. La propriété privée relative est à peu près ce que l'on entendait par propriété personnelle en Union soviétique. Elle est à notre disposition, mais nous ne pouvons pas en faire ce que nous voulons. Par exemple, un chien est en notre possession, mais nous ne pouvons pas le tuer parce que ce serait immoral pour la société et sans cœur pour le chien lui-même. Ce serait un crime. Il en va de même pour tout ce qui nous est confié. Nous devons traiter les terres, les maisons, les moyens de transport et d'autres choses avec une considération sociale et morale. Ce type d'esprit-là est merveilleux !

- Il est également immoral de tuer un serf, Saltychikha a été puni pour cela en son temps, mais il reste un serf. Mais ce n'est pas la question principale. Au nom de quel principe nous confiera-t-on quelque chose ? On confiera à quelqu'un une plate-forme pétrolière, à quelqu'un d'autre un appartement de la Khrouchtchevka dans un quartier dortoir d'une ville de province, n'est-ce pas ?

- Non, pas comme ça. Je suis absolument convaincu que les richesses du peuple: le pétrole, le gaz, les ressources naturelles, tout cela doit appartenir à l'État. Exclusivement à l'État, parce qu'elles ne peuvent pas faire l'objet d'une propriété privée, quelle que soit l'aide apportée par les gens pour les extraire. Le sous-sol appartient à l'État, à la nation tout entière. Par conséquent, chaque citoyen de ce bel Empire russe de l'avenir a droit à une certaine part des richesses de la nation. Par ailleurs, chacun devra naturellement fournir un minimum - un minimum de logements, un minimum de terres. Ce sera la tâche d'un pouvoir autocratique fort, car il s'agit d'un soutien. Les gens qui vivent dans leurs maisons, sur leurs terres, donneront naissance à des enfants russes, qui seront loyaux et reconnaissants, qui seront de vrais porteurs, qui seront élevés de la bonne manière. Nous devons tout changer. Lorsque nous appliquons à l'Empire futur les principes de ce que nous avons connu au 20ème siècle, ou ce que nous voyons en Occident, ce sont là des exemples absolument faux. Il faut construire une société complètement nouvelle. Et cette société nouvelle, c'est la société du futur Empire, qui devra rompre avec l'Occident, avec ses idées sur le capitalisme, sur le socialisme, sur l'égalité et l'inégalité.

- Pas de socialisme, pas de capitalisme, pas d'égalité, pas d'inégalité, on ne voit pas comment on peut marcher entre les deux.

- Tout doit être différent. Tout doit être solidaire, spirituel, très développé, très éduqué, très organisé. Et nous en sommes capables. Ce sont nos idées, nos rêves. Au 19ème et même au 20ème siècle, l'objectif de nos ancêtres était de construire une société juste. Et lorsque nous lui avons donné une forme concrète selon les modèles occidentaux - l'un ou l'autre - nous avons abouti à des contradictions. Le développement doit être très ouvert. Tout sera résolu lorsque nous aurons gagné en Ukraine. Nous ne pourrons pas aller plus loin si nous ne renouvelons pas et ne revitalisons pas le système en Russie même. Ainsi, à mesure que nous nous renforçons, que nous récupérons notre propre identité, nous remporterons victoire sur victoire. Chaque victoire sur le front signifiera en fait une victoire à l'intérieur du système et l'établissement dans notre société des lois et des proportions correctes qui ont été monstrueusement brisées tout au long du dernier siècle de l'histoire - au cours des soixante-dix ans du cycle soviétique et surtout au cours des trente dernières années de gouvernance extérieure libérale de facto du pays.

- Si les lois et les proportions correctes, comme vous le dites, ont été violées il y a exactement 100 ans, cela signifie qu'elles étaient correctes au début du 20ème siècle ? Est-ce là la société que vous considérez comme bonne ? Mais il s'agissait d'un capitalisme aux accents féodaux.

- Non. Et il y avait beaucoup de mensonges. Ce dont les gens ont rêvé aux 19ème et 20ème siècles doit être réalisé au 21ème siècle. Toutes les formes concrètes de réalisation de ces rêves nécessitent une analyse critique très sérieuse. Mais le plus important est de savoir pourquoi nous rejetons les cent dernières années, parce qu'à l'époque, l'Église a été rejetée, le sacré a été rejeté. Nous avons suivi la voie occidentale du matérialisme, de l'athéisme et, depuis trente ans, du capitalisme. Avant cela, le socialisme. Nous nous sommes laissés emporter par les idées matérialistes et athées de l'Occident et nous avons tout détruit. Nous avons détruit notre société, nous avons détruit notre spiritualité, nous avons détruit nos familles, nous avons détruit notre culture. Des femmes folles comme Pougatcheva nous font danser (jusqu'au dernier moment), nous effrayant par leurs cris hystériques et insensés. Puis, à un moment critique pour le pays, le monstre est en Israël, se moquant du pays, s'étouffant dans la russophobie. Et lorsque, même là, il doit faire preuve de tact et de courage à l'égard de sa nouvelle patrie (apparemment, pas si nouvelle que cela, puisque c'est là qu'il s'est enfui), il s'enfuit à nouveau. Voilà le genre de laideur que les cent dernières années de notre histoire ont produit. La racaille dégoûtante de la race humaine est devenue un modèle dans notre culture. Des figures similaires en politique, en économie, etc. Nous devons maintenant en sortir.

- Ces personnages sont-ils uniquement le produit de l'époque que vous avez mentionnée ? Qu'en est-il de tous les héros de la Grande Guerre patriotique, et pas seulement d'elle, qu'elle nous a toutefois donnés ? Et au 19ème siècle et avant, tous étaient des patriotes et pas un seul traître ?

- Je ne dis pas que nous devrions revenir en arrière. Nous devons aller de l'avant et réaliser les rêves du peuple russe, des patriotes russes qui se sont battus pour la Russie, qui ont vu ses défauts, mais qui ont rêvé d'une Russie meilleure, de la Russie de l'avenir. Ce sont leurs rêves que nous devons réaliser. Il ne s'agit pas seulement de restaurer ce qui était. Si tout avait été parfait au 19ème siècle, il n'y aurait pas eu de révolution. Et les gens qui ont fait des révolutions, peut-être beaucoup d'entre eux, étaient aussi animés par de bonnes pensées. Ces bonnes pensées, ces rêves lumineux, l'amour de la Russie, la loyauté envers Dieu, la compréhension de notre culture, de notre identité, sa défense, la volonté de justice - ces idéaux, ces valeurs traditionnelles doivent s'incarner maintenant dans la Russie que nous allons construire. Alors ici, oui, la monarchie et l'orthodoxie sont des principes. Ils sont beaux. Nous avons connu l'autocratie tout au long de notre histoire. Et au cours des cent dernières années, il y a également eu la monarchie, mais elle ne s'appelait pas ainsi. L'autocratie est le principe le plus important de l'organisation de territoires aussi vastes. Le principe de l'Empire, le principe de l'orthodoxie et de l'esprit, la supériorité de l'esprit sur la matière - c'est l'orientation de toute notre société. Sans cela, il n'y a pas de sens. Nous ne sommes pas de ce monde. Notre empire n'est pas de ce monde. Ou plutôt, en partie de ce monde, et en partie pas. Et cette dimension spirituelle, cette verticalité, c'est l'essentiel à transmettre. Il est nécessaire de réaliser le rêve de nos ancêtres - 19ème siècle, 20ème siècle, mais sans religion, sans foi, sans église, sans Dieu, sans Christ - toute société, même la plus parfaite, ne vaudra rien.

- Mais vous ne pouvez pas amener les gens à croire en Dieu s'ils n'y croient pas.

- Vous savez, quand l'Opération militaire spéciale a commencé, beaucoup de gens, surtout des volontaires, y sont allés, certains avec un drapeau rouge, d'autres avec un drapeau impérial. Mais aujourd'hui, le Sauveur des incirconcis - la bannière avec le Christ - est de plus en plus répandu parmi les unités de volontaires. Le Christ lui-même viendra si nous nous tournons vers lui, il viendra vers nous. Si les gens réalisent leur amour pour la patrie et commencent simplement à feuilleter notre histoire page par page, ils verront l'importance de l'Église. Il n'est pas nécessaire de forcer qui que ce soit. Il ne devrait pas y avoir de contrainte ici. Je suis absolument convaincu que chaque Russe est profondément orthodoxe. Nombreux sont ceux qui ne le réalisent pas. Il n'est pas nécessaire de forcer, d'imposer quoi que ce soit à qui que ce soit. Il suffit de le dire. Quand on torture les gens pendant 70 ans avec de la propagande athée, en leur inculquant des idées sur l'esprit, la religion, l'âme, l'éternité, le paradis, la résurrection des morts, qui peut le supporter ? Que se passerait-il si on vous mettait dans une cellule pendant 70 ans, qu'on vous torturait, qu'on implantait de fausses idées dans votre conscience, et puis, pendant 30 ans, encore pire : on vous dirait, ne vous occupez que de vous, il n'y a pas de justice, pas de pays, il n'y a que vous tant que vous vivez, et puis vous vous transformez en machine et vous téléchargez vos rêves nauséabonds et les événements de votre vie idiote sur un serveur cloud. C'est ainsi que vous serez préservé si vous ne volez pas assez d'argent pour vous congeler et vous décongeler un jour. Ces notions sataniques infernales de la vie avec lesquelles notre humanité russe a été endoctrinée, elles se déchaînent aujourd'hui sur tous les fronts. Elles sont brandies lorsqu'un homme réfléchit à ce que c'est que d'être russe. C'est à lui que s'adresse cette bannière avec le Sauveur des incirconcis, et qui l'apportera? Nous. Les prêtres l'apporteront. Le peuple russe l'apportera. L'État apportera cette bannière avec le Sauveur. Il suffit de la regarder pour que tout devienne clair. Et bien sûr, nous aiderons les gens à revenir à eux-mêmes, sans les forcer à prêter serment à une nouvelle idéologie. Nous n'avons pas besoin d'inventer de nouvelles idéologies. Nous devons revenir à nous-mêmes, car le retour à Dieu n'est pas un retour au passé, c'est un retour à l'éternel. L'éternel existe. L'Occident a décidé de construire sa civilisation des derniers siècles sur le fait qu'il n'y a pas d'éternel, qu'il n'y a que du temps. C'est une idée fausse, le diable a parlé par leur bouche. C'est le diable que nous combattons aujourd'hui tous les jours à Avdiivka, à Kherson, près de Bakhmut. C'est un vrai diable, parce qu'il croit que l'éternité n'existe pas. Et nous sommes les soldats de l'éternité.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter